Corps et perspective : une approche psychosomatique de la Perspective artificielle lors de ses origines théoriques et pratiques à Florence au XVe siècle

par Catherine Roseau

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Maurice Brock.

Soutenue en 2000

à Tours .


  • Résumé

    La thèse se propose d'ouvrir une reflexion sur le rôle du corps de l'artiste dans l'élaboration d'un espace de représentation tel que le propose la perspective. Dans cette façon de représenter la troisième dimension de l'espace physique, le corps apparaît comme un schéma de représentation si l'on étudie attentivement le De Pictura (1435) de L. B. Alberti ainsi que la biographie de F. Brunelleschi, écrite dans la seconde moitié du XVème siècle et décrivant les deux panneaux aujourd'hui perdus peints par l'architecte florentin. Il ressort de ces deux textes que l'organisation de la perspective sur une surface à deux dimensions reflète la latéralité corporelle et la convergence visuelle qui sont à l'origine de la géométrisation du visible et de sa représentation. Ce travail sur la période concernée, à Florence, est le résultat d'une analyse des oeuvres réalisées par les dédicataires du Della Pittura (1436) de Leon Battista Alberti. Il nous a paru souhaitable, avant d'en venir au contexte du Quattrocento, de rappeler comment l'histoire de l'art depuis l'origine avait traité la perspective. L'enquête montre en particulier l'échec de H. Wölffiln qui croyait au rôle de la vision et à son impact sur l'histoire des arts visuels. Elle montre l'influence en revanche déterminante de E. Panofsky qui dénie à la perspective son rapport avec la psychophysiologie? Pour l'historien de l'art allemend, la perspective relève du psychique, elle est une "forme symbolique" selon la terminologie de E. Cassirer, un "contenu signifiant d'ordre intelligible" s'attachant à un "signe d'ordre sensible"; La tendance panofskienne ne sera pas démentie par la psychanalyse, et en particulier par J. Lacan. En effet les composantes corporelles dans la structuration de la perspective ne peuvent apparaître dans la théorie psychanalytique d'obédience freudienne puisque le corps reste essentiellement le lieu oû le symbolique advient et perd ainsi son pouvoir originel de structuration de l'espace. L'auteur de la thèse tente de reconsidérer le pouvoir originel du corps, pris dans une relation à l'autre et dans une culture donnée à un moment de son histoire pour compléter ainsi les différentes approches de l'histoire de l'art jusqu'à ce jour, en s'appuyant sur les travaux récents de la psychosomatique telle que la conçoit Monsieur Sami-Ali


  • Résumé

    The autor of the thesis wants to begin a reflexion on the role of the artist's body in the construction of the perspective. In the representation of th third dimension as we find it in the physical world, the body seems to be considered as a scheme of representation if we examine L. B. Alberti's De Pictura (1435) and F. Bruneschelleschi's biography, written in the second half of the 15th century and describing the two pannels, today lost, pictured by the florentine architect. From these two texts it seems that the perspective reflects the corporal laterality and the binacolar vision wich are at the beginning of the geometrisation of the visible ans its representation. This study is the result of an analysis of the works realised in Florence by the artists cited in the dedication of Leon Battista Alberti's Italian version of Della Pittura (1436). It has been necessary to outline tha the history of art from the beginnings had studied the subject. Doing so we can note that H. Wölfflin suggested the influence of the vision in the visual arts. On the contrary E. Panofsky refused the implication of the psychophysilogy in the arts and especially in the perspective. For the German historian the perspective is a symbolic form composed of an intelligible content and a sensible form. The supermacy of the symbolic has also been developped in other disciplines, for example by the psychoanalysis and J. Lacan. According to science, the body does not have a structural power, it is the scene of the symbolic. The autor of this thesis tries to show how the body has an original power int the structuring of the space. The body has to be considered in its relation to th others in a given culture, at a moment of its history. For this purpose, the author frequently refers to the psychomatic approach of the psychoanalist Sami-Ali

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (IV-789, XXII-105 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.