Recherches sur les réseaux de formes : processus dynamiques des paysages du Sénonais occidental

par Claire Marchand

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Nancy Gauthier.

Soutenue en 2000

à Tours .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail s'inscrit dans le cadre du renouvellement des problématiques que connait depuis une dizaine d'années la recherche sur les formes du paysage. Les impasses auxquelles menaient les tentatives d'analyse morpho-historique ont entrainé notre recherche vers un questionnement plus fondamental sur l'évolution des formes du paysage et la possibilité de mettre en œuvre une démarche différente. Avant toute tentative d'élaboration méthodologique, il était nécessaire d'engager une réflexion épistémologique afin de mieux comprendre les méthodes jusque la mise en œuvre et surtout d'établir les fondements, les outils conceptuels indispensables à de nouvelles propositions. A partir de cette réflexion, une étude morphologique a été menée en essayant de partir des formes elles-mêmes considérées comme système, en tentant de les appréhender dans leur dynamique propre. Cette étude met en évidence que l'organisation des formes repose sur un enchevêtrement d'histoires possibles, sur des interactions temporelles et spatiales entre les éléments du système, sur une dynamique complexe qui n'est pas uniquement dépendante des interventions exogènes. Dans le Sénonais, comme dans d'autres régions, la mise en réseau des formes constitue un des faits morphologiques majeurs de cette dynamique. Cette forme en réseau fondamentale qui structure le paysage sur la longue durée, est à la fois processus et résultat d'un processus endogène d'interactions entre les éléments, capable d'autonomie, et qu'on peut donc étudier en posant le problème en termes d'auto-organisation. Par cette démarche, les phénomènes qui sous-tendent l'évolution des formes en réseau ont été envisages selon un modèle non linéaire reposant sur des dynamiques conjointes de morphostases et de morphogenèses, de mémorisation et de transmission, de reproduction et du même et du différent, par lesquelles le réseau assure à la fois le maintien de son identité et son évolution, malgré et grâce aux perturbations de son environnement.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (346, 3-102 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 324-343 (255 ref.)

Où se trouve cette thèse ?