Genetique moleculaire d'anomalies du developpement oculaire chez l'homme : chx10 et la microphtalmie autosomique recessive genetique de la myopie forte familiale

par LAURENCE NAIGLIN

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Patrick Calvas.

Soutenue en 2000

à Toulouse 3 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail a porte sur la genetique de deux anomalies du developpement oculaire chez l'homme. Dans un premier temps, nous avons axe notre recherche sur l'etude de l'implication du gene chx10 dans la microphtalmie autosomique recessive chez l'homme. Ce gene est chez la souris, responsable du phenotype de retard oculaire. Nous avons d'abord determine la structure du gene humain. Puis nous avons recherche des mutations dans les regions codantes chez 5 patients atteints de microphtalmie autosomique recessive, 4 cas sporadiques de microphtalmie, un patient presentant un colobome irien et un cas sporadique d'anomalie de peters. Aucune mutation permettant d'impliquer chx10 n'a ete detectee. Dans un deuxieme temps, nous avons demontre l'existence d'une composante genetique dans la myopie forte familiale. Une analyse de segregation sur 32 familles francaises a revele qu'une transmission autosomique dominante avec une penetrance faible, etait largement favorisee dans notre population. Par une analyse de liaison, nous avons exclu plusieurs locus correspondant a des genes de collagene incluant les syndromes de stickler de type 1 et 2, des genes de proteoglycanes, le syndrome de marfan et un syndrome marfanoide localise en 3p24. 2-p25. Nous avons ensuite realise une recherche systematique sur tout le genome d'un gene responsable de la myopie forte, a l'aide de marqueurs microsatellites regulierement espaces tous les 10 cm sur les autosomes. L'analyse de liaison dans nos 23 familles a revele une localisation suggestive de la myopie forte sur le chromosome 7q36 (lod score multipoint de 2,81) dans une region de 8,3 cm s'etendant du marqueur d7s2546 jusqu'a la fin telomerique du chromosome. Cette etude qui a revele un troisieme locus de susceptibilite a la myopie forte familiale, a egalement permis de mettre en evidence l'heterogeneite genetique de la maladie en excluant les deux locus de myopie forte familiale decrits sur les chromosomes 12q21-23 et 18p11. 31.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 144 p.
  • Annexes : 109 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2000TOU30006
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.