Des fortifications et des hommes : l'oeuvre des Foix-Béarn au XIVe siècle

par Françoise Galés

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Soutenue en 2000

à Toulouse 2 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les fortifications érigées aux XIIIe et XIVe siècles en Béarn et dans le pays de Foix, essentiellement dans le piémont pyrénéen, servent de points d'appuis militaires aux désirs d'émancipation de la famille de Foix Béarn vis à vis de ses suzerains anglais et français en pleine guerre de cent ans. Elles comptent les châteaux et tours de Bellocq, Labastidevillefranche, Montaner, Morlaas, Morlanne, Orthez, Pau et Sauveterre-de-Béarn en Béarn et Foix et Mazeres en pays de Foix et constituent l'ensemble fortifie le plus important du sud-ouest. Ils présentent des caractères architecturaux variables en fonction de leurs périodes de construction. Toutefois, les cinq forteresses élevées entre 1370 et 1390 laissent apparaitre un style propre au comte Gaston III de Foix Béarn, appelé Phébus. Il se caractérise par l'usage systématique d'un plan centre, constitue d'une courtine polygonale à pans coupes commandée par une tour maitresse quadrangulaire faisant parfois office de tour-porte et de tour résidentielle. A l'intérieur de l'enceinte, autour d'un patio parfois dote d'un puits s'adossent des bâtiments résidentiels tels que cuisine, grande-salle, chambre du comte et logements de la garnison. Ces derniers se distinguent par l'usage systématique d'ouvertures identiques (fenêtres à cou sièges et meneaux et traverses ; fenêtres couvertes d'un arc et cous siège unique ; cheminées à arc surbaisse). Ce style se développe durant la deuxième moitié du XIVe siècle sous l'impulsion de Gaston Phébus qui entreprend des 1350 un vaste mouvement de restaurations et de constructions de fortifications. Le comte se distingue par une gestion rigoureuse et cartésienne des chantiers dont il s'occupe lui-même. Il délègue peu, conclue lui-même des contrats avec les différents artisans, tuiliers, maçons et charpentiers et impose des charges importantes aux communautés villageoises ; en contrepartie le Béarn vit en paix, tandis que le trésor comtal demeure intact.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (770 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 223

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Robert Etienne.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH. 2000 GALES
  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre national de la recherche scientifique. Laboratoire France méridionale et Espagne. Bibliothèque méridionale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TU 1018

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/2602
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.