Les édifices à plan centre des XIe et XIIe siècles dans le royaume de France : évocations ou copies de l'Anastasis de Jérusalem

par Claire Péquignot

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Michèle Pradalier-Schlumberger.

Soutenue en 2000

à Toulouse 2 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les edifices a plan centre romans sont generalement interpretes comme des imitations de l'anastasis ou eglise de la resurrection entourant le tombeau du christ a jerusalem. Pourtant, la grande diversite de leurs structures, en plan comme en elevation, rend problematique cette reference a une seule et meme construction. Le present doctorat se propose donc de verifier la realite historique de cettenotion. Le tome texte s'organise en deux parties. La premiere s'interesse au modele hierosolymitain en definissant sa perception, concrete ou inconsciente, en tant qu'archetype monumental. Cette etude explore successivement les domaines spirituel, religieux, archeologique et iconographique. La seconde traite des edifices a plan centre. Elle debute par un bilan historiographique ; presente ensuiteune typologie des constructions des xie et xiie siecles et se termine par la confrontation de cette derniere avec la connaissance medievale du parangon. Cette comparaison permet d'identifier avec certitude quatre edifices ayant ete concus des le moyen age comme des copies de l'anastasis et de comprendre les divers niveaux de lecture permettant de rapprocher les autres rotondes medievales de l'eglise de la resurrection ou du complexe chretien du saint-sepulcre. Le tome catalogue est un complement necessaire au texte. Organise lui aussi en deux parties, il repertorie les fiche analytiques des oeuvres graphiques et les monographies des edifices etudies. En outre, il a permis d'alleger la synthese d'elements historiques ou archeologiques propres a chaque construction mais etrangers a la problematique annoncee.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 616 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 421 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2525

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.