Une recherche de la temporalite dans la peinture a partir de klee, jusqu'a stella

par STEPHANE MROCZKOWSKI

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de CLAUDE GAGEAN.

Soutenue en 2000

à Strasbourg 2 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette recherche theorique et picturale prend son point de depart dans l'uvre de klee, pour qui "le cheminement determine le caractere de l'uvre accomplie. La formation determine la forme et prime en consequence sur celle-ci. "( theorie de l'art moderne, p. 60) la conception picturale de klee implique ainsi une peinture basee sur le mouvement, sur la forme en perpetuel devenir; retenons ici particulierement les tableaux non-figuratifs de klee peints autour de 1930, des peintures, comme en rythme, qui mettent l'accent sur une composition rendue mobile par l'alternance de groupes de formes. Comment se structurent cette mobilite picturale et ce rythme? a partir de klee, nous comprenons que la peinture peut se structurer en elements (points, lignes, surfaces, couleurs) et que ce sont les relations organisees entre ces elements qui priment. Au travers de nombreux exemples parmi les travaux pedagogiques de klee, dessins et tableaux, mais aussi des ecrits et uvres d'artistes comme mondrian, chillida, soulages et stella, nous proposons une idee et une pratique de la peinture basee sur une structuration rythmee. C'est ce "rythme dynamique" comme le dit mondrian qui est, selon lui, a la base de toute peinture non-figurative. C'est egalement a mondrian que se refere stella quand il enonce ses principes pour une "dynamique spatiale" {champs d'uvre). Cette peinture du rythme est avant tout constructive, elle est, dans notre these, la materialisation de cette temporalite, ou duree picturale inherente a l'esprit ou a la memoire du peintre (nous mettons ici en parallele klee et bergson). Cette temporalite se materialise alors en rythmes picturaux, sous la forme de series de tableaux, variations sur un meme theme, de repetition de formes geometriques elementaires, de contrastes, d'un allongement du format, d'une expansion des formes en polyptyques ou dans des peintures monumentales.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 456 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 61 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/2625
  • Bibliothèque : Ecole normale supérieure. Bibliothèque d'Ulm - Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.