- analyse moleculaire et genetique de domino, un nouveau membre de la famille swi2/snf2 chez drosophila melanogaster -

par MARIE LAURE RUHF

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de MARIE MEISTER.

Soutenue en 2000

à Strasbourg 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La mutation domino a ete isolee sur son phenotype d'absence de cellules sanguines circulantes. Dans la larve mutante, l'organe hematopoietique est melanise et se presente comme deux points noirs visibles dorsalement : la mutation a de ce fait, ete appelee domino (dom). Chez le mutant, toutes les cellules diploides, les seules capables de se diviser au stade larvaire, sont affectees. J'ai clone le gene dom qui code pour deux nouvelles molecules de la famille des atpases adn-dependantes de type swi2/snf2, dom-a et dom-b. Dans les extraits embryonnaires, les proteines sont associees a un ou des complexes multiproteiques d'une taille superieure a 3 mda. L'immunolocalisation montre que les deux proteines sont nucleaires. L'isoforme courte dom-b est ubiquitaire chez l'embryon et dans les cellules en division chez la larve. L'isoforme longue dom-a presente une specificite tissulaire dans les cellules nerveuses chez l'embryon et la larve. Les membres des atpases de la famille swi2/snf2 utilisent l'energie de l'atp pour remodeler la structure de la chromatine. Au niveau de la cellule, beaucoup d'informations sont formulees a travers la regulation de la structure chromatidienne. Ainsi, dom contribue a maintenir la repression des genes hox au cours du developpement par son interaction avec les genes du groupe polycomb. Dom participe par consequent a la maintenance de l'identite de la cellule a travers ses divisions. De plus, dom a ete identifie comme un suppresseur de la variegation par effet de position, ce qui suggere que la fonction sauvage du gene contribue a compacter la chromatine. Au niveau de la regulation de la proliferation cellulaire, les mutations dom interagissent avec une mutation hypomorphe de la cycline e et avec le gain-de-fonction de e2f, dont les genes codent pour des molecules impliquees dans la progression du cycle cellulaire. Enfin, la surexpression dirigee de l'isoforme ubiquitaire dom-b genere un phenotype particulier : les mouches ont une taille pratiquement doublee par rapport a la taille des mouches sauvages. Cette augmentation de taille est due a l'augmentation du nombre de cellules d'une part et a l'augmentation de la taille de ces cellules d'autre part. La surexpression a par consequent un effet indirect sur la proliferation et la croissance cellulaire.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 150 p.
  • Annexes : 252 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Blaise Pascal.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.