Analyse photoelasticimetrique des deformations de la region du condyle mandibulaire lors de la mastication. Application a l'evaluation biofonctionnelle de trois systemes d'osteosynthese

par CHRISTOPHE MEYER

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Jean-Luc Kahn.

Soutenue en 2000

à Strasbourg 1 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les buts de notre etude ont ete de mettre en evidence les flux de contrainte se developpant au niveau de la region condylienne au cours de la mastication et de tester le biofonctionnalite de trois systemes d'osteosynthese destines au traitement des fractures de cette region. Il nous a d'abord fallu caracteriser, in vivo, l'ensemble des forces externes s'appliquant sur la mandibule (forces musculaires, reaction intra-articulaire et force mandibulaire resultante) au cours de nombreux exercices statiques realises en intensite maximale. Nous avons ensuite elabore un dispositif de mise en charge perfectionne capable de reproduire les differentes situations masticatoires. Ce simulateur nous a servi a mettre en charge trois mandibules humaines fraiches revetues d'une coque birefringente et de determiner, pour l'exercice de morsure unilateral entre les premieres molaires, les flux de contrainte sagittaux en traction et en compression du cote travaillant. Puis, apres realisation d'une osteotomie standardisee et chaque mandibule etant son propre temoin, trois systemes d'osteosynthese ont ete testes dans les memes conditions mecaniques : miniplaque longitudinale 4 trous, plaque tridimensionnelle 4 trous et vis axiale en compression. Il ressort de l'etude que la region condylienne est globalement soumise, lors de l'exercice retenu, a des contraintes en traction le long du bord anterieur du col et en compression le long de son bord posterieur. Les variations anatomiques entre les trois mandibules ont ete a l'origine d'importantes differences dans la distribution des flux. L'etude des systemes d'osteosynthese a montre que la plaque 3-d est la plus performante a l'inverse de la plaque longitudinale. La vis axiale occupe une place intermediaire. Nous pensons que ces differences proviennent essentiellement du positionnement de la plaque et nous preconisons de ce fait une mise en place la plus proche possible des lignes de traction et parallele a celles-ci.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 371 p.
  • Annexes : 392 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Blaise Pascal.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.