Identification de proteines interagissant avec les recepteurs aux opiaces

par PASCALE KARCHER

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Brigitte L. Kieffer.

Soutenue en 2000

à Strasbourg 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les opiaces ont des proprietes analgesiques mais aussi euphorisantes et medient leur action via les recepteurs membranaires , et du systeme nerveux. L'administration de morphine, utilisee dans le traitement de la douleur s'accompagne d'effets secondaires indesirables, incluant le developpement d'une tolerance et parfois un etat de pharmacodependance. Les mecanismes moleculaires responsables de ces phenomenes semblent impliquer des proteines de la transduction du signal et de regulation des recepteurs. Ils restent encore mal connus. Notre but etant d'elucider le mode d'action de ces drogues, nous nous sommes interesses aux processus qui se deroulent immediatement en aval des recepteurs. Pour identifier de nouveaux partenaires en interaction directe avec les recepteurs, nous avons crible par double-hybride des banques d'adnc avec les extremites carboxy-terminales des trois recepteurs. Le criblage d'une banque commerciale de cerveaux de souris a conduit d'une part a l'isolement de deux clones potentiellement en interaction avec le recepteur : arf gep. Frag et rev. Frag. Et d'autre part, le criblage d'une banque de cellules sh-sy5y que nous avons construite au laboratoire nous a permis d'isoler trois nouvelles proteines en interaction potentielle avec le recepteur : mage. Frag, clone 2 et clone 16. Par manque d'arguments fonctionnels, nous avons momentanement interrompu l'etude de rev. Frag. Les interactions impliquant arf gep. Frag, mage. Frag et le clone 16 n'ont pu etre testes en immunoprecipitation et seront dans l'avenir verifiees par blot overlay. Par contre, l'interaction observee entre le clone 2 et le recepteur a ete confirmee par immunoprecipitation dans le cas d'un traitement prolonge par un agoniste. Aucune fonction ne peut etre associee a ce clone. Pourtant des homologies avec plusieurs sequences chromosomiques suggerent l'existence d'une famille multigenique et la caracterisation de ce clone pourrait ouvrir l'etude d'une nouvelle famille proteique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 134 p.
  • Annexes : 223 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Danièle Huet-Weiller.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.