Etude du chimiotactisme des macrophages peritoneaux au cours de la transplantation d'ilots de langerhans dans un modele de pancreas bioartificiel

par VERONIQUE KARSTEN

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Laurence Kessler.

Soutenue en 2000

à Strasbourg 1 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le traitement du diabete par la transplantation d'ilots pancreatiques est limite par les reactions immunologiques de rejet et necessite le developpement de techniques d'immunoprotection basees sur l'encapsulation des ilots a l'aide de membranes artificielles. Chez la souris diabetique, la xenogreffe d'ilots pancreatiques de rat encapsules avec la membrane de dialyse renale an69 (societe hospal) s'accompagne d'une reaction macrophagique membranaire responsable de la destruction des ilots. En effet, les macrophages exercent un effet cytotoxique sur les ilots encapsules en induisant un stress oxydatif. Le but de ce travail est de determiner le role des ilots pancreatiques dans la reaction cellulaire membranaire par l'etude du chimiotactisme des macrophages et d'evaluer l'influence du transfert de genes d'enzymes anti-oxydantes aux ilots sur la migration macrophagique. Notre etude a mis en evidence que les ilots pancreatiques induisent l'attraction des macrophages par la secretion de substances chimiotactiques. Celles-ci sont de nature proteique, et se caracterisent par leur specificite immunologique. Par ailleurs, l'encapsulation permet de retenir une partie de ces produits chimiotactiques et diminue l'activation du chimiotactisme des macrophages peritoneaux observee lors de la greffe d'ilots libres confirmant ainsi le role immunoprotecteur de la membrane an69. Des etudes realisees in vitro sur une lignee de cellules (ins-1) ont montre que l'induction d'un stress oxydatif stimule la secretion de facteurs chimiotactiques. Le transfert des genes de la catalase ou de la superoxyde dismutase aux ins-1 permet d'ameliorer la viabilite des cellules stressees tout en limitant la liberation de substances chimiotactiques. La surexpression d'enzymes anti-oxydantes est une approche interessante pour ameliorer la survie des ilots encapsules et limiter la reaction de rejet induit par la transplantation. Par ailleurs, l'identification des substances chimiotactiques devrait contribuer a moduler le chimiotactisme macrophagique et ainsi prolonger l'efficacite de la transplantation d'ilots pancreatiques.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 231 p.
  • Annexes : 239 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Blaise Pascal.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.