Liens entre guerre et economie dans les grandes monarchies hellenistiques au iiie siecle avant j. -c. : l'exemple des ptolemees (323-180).

par PHILIPPE RODRIGUEZ

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Gilbert Argoud.

Soutenue en 2000

à SAINT ETIENNE .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La guerre compte parmi les depenses les plus lourdes pour les royaumes hellenistiques au iiie siecle avant j. -c. Les armees mises sur pied du fait de la competition entre monarques restent tres nombreuses, tout au long de la periode 323-180, ce qui posent des problemes de ravitaillement, d'equipement des soldats et d'approvisionnement en elephants ou en chevaux. Les flottes rassemblent les plus gros tonnages de l'histoire antique et ptolemee ii fut sans doute le roi a posseder la plus grande des flottes antiques hormis celles de l'empire romain. Cette concentration de moyens fut possible grace au mercenariat generalise des l'epoque des diadoques, et au systeme de la clerouquie instaure en egypte. La solde et les depenses de guerre furent une preoccupation constante pour les monarques hellenistiques. Les ptolemees choisirent une politique monetaire particuliere et unique a leur epoque. L'exclusivisme monetaire leur permit de creer un espace coupe du reste de la mediterranee et donc d'avoir une reelle influence sur la masse monetaire. La richesse des ptolemees etait proverbiale et, jusque sous ptolemee v, le monnayage fut de bonne qualite. Sous ptolemee ier puis sous son fils, le rythme de frappe fut eleve : un stock important de monnaies fut ainsi constitue. Sous leurs successeurs, il apparait que l'augmentation des frappes fut liee aux guerres, aussi bien en 218/7 qu'en 203-200. Ce lien entre frappes importantes et guerre n'est pourtant pas systematique : parfois le rythme augmente alors que ptolemee ne mene aucune operations militaires (annee 284/3) ; et, a contrario, desguerres ne s'accompagnent d'aucune augmentation de la frappe (deuxieme guerre de syrie). Par contre, l'instauration de l'exclusivisme monetaire correspond a des considerations strategiques mises en evidence a la suite de revers militaires. La reforme de 217 ne serait pas la consequence d'une crise financiere, mais une reponse rapide, et finalement definitive, a une situation d'urgence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Details : 471 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 456 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Section Droit, Lettres, Sciences économiques et humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 667
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.