Contribution à l'étude de l'évolution des gènes codant la somatostatine chez les vértébrés : mise en évidence chez les amphibiens et les dipneustes d'un nouveau variant de somatostatine muni d'un résidu proline en position deux

par Hervé Tostivint

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Hubert Vaudry.

Soutenue en 2000

à Rouen .


  • Résumé

    La somatostatine est un peptide de 14 acides aminés (SS-14) qui, en tant que neuromédiateur ou neurohormone exerce de multiples effets, aussi bien dans le cerveau que dans les organes périphériques. Initialement isolée chez les mammifères, la SS-14 a ensuite été retrouvée, sans modification de séquence, dans tous les groupes de vertébrés. Divers variants de somatostatine, issus de gènes distincts, ont été par ailleurs mis en évidence chez plusieurs espèces de poissons. Toutefois, chez les tétrapodes, il était généralement admis qu'il n'existait qu'un seul gène de somatostatine. A l'occasion du présent travail, nous remettons en cause cette conception en montrant l'existence chez la grenouille Rana ridibunda de deux gènes distincts de somatostatine. Le premier code la SS-14 classique (SS1), tandis que le second code le variant [Pro2, Met13]SS-14 (SS2). Par ailleurs, nous mettons en évidence, chez le dipneuste Protopterus annectens, l'équivalent du gène SS2, qui code pour un nouveau variant de séquence [Pro2]SS-14. Le caractère orthologue des SS2 de grenouille et de dipneuste s'appuie sur les observations suivantes : I) la présence dans la séquence des deux peptides d'un résidu proline en position 2 ; II) un taux de similitude relativement élevé entre les séquences de leurs précurseurs ; III) une expression de leurs gènes presque exclusivement limitée au système nerveux central, contrairement aux gènes de type SS1 qui sont également exprimés dans le pancréas et le tractus gastro-intestinal. L'existence d'un gène SS2 à la fois chez les amphibiens et chez les dipneustes montre que la duplication dont ce gène est issu est antérieure à l'émergence des tétrapodes. De telles conclusions sont confortées par la présence, récemment établie, d'une PSS2 chez les téléostéens. Par ailleurs, la découverte chez les mammifères de la cortistatine, un nouveau peptide visiblement apparenté à la SS2, montre que le gène de la PSS2 existe probablement chez tous les ostéichthyens.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (173 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 326 références

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section sciences site Madrillet.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 00/ROUE/S033
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 00/ROUE/S033
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.