Peintures murales médiévales d'Aquitaine, de la moitié du XIIème au milieu du XVIème siècle : étude iconographique, stylistique et chronologique

par Jean Gnuva

Thèse de doctorat en Histoire de l'art du Moyen-Âge

Sous la direction de Xavier Barral i Altet.

Soutenue en 2000

à Rennes 2 .


  • Résumé

    D'après un recensement d'environ 350 édifices ornés de peintures murales médiévales égayant les 5 départements d'une région admettant divers facies, la présence actuelle de cette expression artistique, essentiellement religieuse, a subi une perte pour moitié. L'époque romane comptabiliserait en tout 36 exemples, le XIVème siècle : 50, le XVème : 4, la fin du XVème et le début du XVIème siècle : 50, le XVIème siècle enfin : 81. L'absence de centre artistique ou d'un grand atelier est globalement à déplorer en Aquitaine. Hors, les premiers temps où quelques spécimen caractérisent des liens avec le Poitou, le midi languedocien ou la Catalogne, la production du XIVème siècle est féconde et porteuse d'un style relativement unifié, parfois encore propre à un art de cour. ; la fin du Moyen-Age, plus prolixe, s'abâtardit dans sa manière et se moralise, avant que des courants nordiques à nouveau, ou bien italianisants (provenant de la coulée méridionale de la Garonne) n'achèvent notre période dans une crise stylistique et une déperdition technique. En matière quantitative apparaît d'abord la Gironde, puis la Dordogne, les Landes, le Lot-et-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques. Les conditions de la création furent tout de même intimées par une politique au long état de guerre (1345-1453) ravageant les campagnes, par un monachisme en grande partie urbain, évoluant parfois dans le rigorisme, par une situation géographique nodale sur les chemins de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle, ainsi qu'enfin par une révolution protestante (1540-1592) restant encore enracinée ; alors les paroisses de ces derniers temps reprenaient souvent pour leur décor les traits sous-jacents ou inventés des XIVème et XVème siècles, sans convictions novatrices

  • Titre traduit

    Medieval mural paintings of Aquitaine, from the middle of the 12th century to the middle of the 16th century : an iconographic, stylistic and chronological study


  • Résumé

    A recent census shows that from the roughly 350 medieval wall-painted buildings to be found in the 5 departments of this diversified region, only half remains today. Among them, 36 may date back to the romanesque period, 50 to the XIVth century, 4 to the XVth, 50 to the end of the XVth and beginning of the XVIth, and 81 at last to the XVIth century. One could wish there had been some artistic center or famous workshop in Aquitaine. Although the first period reveals its links with the Poitou , the Languedoc or the Catalonia, the XIVth century is more creative with a style of its own, wich is sometimes similar to court art ; the end of the middle-ages is fertile but tends to denegerate and become moral ; eventually some trends from the North or from Italy (via the Southern Garonne) made this period lose part of its technical skills and meet a style crisis. Most of paintingscan be found first in the department of the Gironde, then the Dordogne, the Landes, the Lot-et-Garonne and finally the Pyrenees-Atlantiques. Nevertheless, creation has been affected by a long time of war (from 1345 to 1453) wich destroyed the countyside, by the fact that monasteries tended to settle in town and sometimes became austere, by the location at the crossroads on the way to Santiago de Compostela, and finally by the protestant revolution (1540-1592) wich was still deeply rooted. At the end of the period , the parishes would borrow their decoration items from the XIVth and XVth century, without trying to innovate.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 7 vol. (897 f., [703] f. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 829-888

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2000/113/1

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2000/REN2/0056
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/3055
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.