Le temps des vieux : de la gérontologie du troisième âge à la gérontologie du quatrième âge : naissance de la psychogérontologie?

par Dominique Le Doujet

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Loïck M. Villerbu.

Soutenue en 2000

à Rennes 2 .


  • Résumé

    La @gérontologie se développe en France à partir de 1950 dans une ambiance de victoire contre la mortalité des vieillards, due à des médicaments et des techniques d'intervention nouvelles, venues pour beaucoup d'Outre Atlantique. Le troisième âge est né. Politiques, médecins, économistes se retrouvent pour impulser la gérontologie du troisième âge. Une cohorte s'était formée après la guerre mondiale. Elle pensait que la mort pourrait être supprimée grâce aux progrès de la science et de la médecine. La mort était généralement représentée comme accident extérieur frappant un organisme affaibli par la maladie, l'usure, la vieillesse. Le gain d'années sur la mort trouvera sa limite dans la longévité de l'espèce humaine, inscrite au coeur du vivant. Il fallait changer de représentation. Vers 1975, la gérontologie opère une profonde mutation : c'est la gérontologie du quatrième âge. Ni la gérontologie sociale ni la gérontologie bio-médicale n'avaient autonomisé un discours psychologique dont le message annexé au discours médical disait inéluctable l'affaiblissement intellectuel des personnes âgées. Le manuel de psychiatrie formant les psychiatres de l'époque assimilait vieillissement normal et vieillissement pathologique conduisant à la démence. Le vieillissement de la population inquiétait et menaçait de saturer les hôpitaux psychiatriques engagés dans le travail de. Sectorisation. Des psychiatres prirent la parole, mobilisèrent leurs équipes pour éviter cette saturation. Rompant avec les habitudes de la gérontologie acue du troisième âge, ils puisèrent aux sciences humaines leurs dirs et leurs représentations. Ils abordèrent la thanatologie, la psycho énèse des démences, ayant travaillé constamment avec la mort sociale des fous et des exclus. Un discours psychologique émergea et parvint à une reconnaissance gérontologique, celle qui avait identifié les deux discours majeurs précédents en raison de leur capacité à extraire un savoir à partir de l'étude de la mort.


  • Résumé

    @Gerontology has developed in France since 1950, in an background of victory against older people's mortality, due to new medicines and techniques, most of which originated from the U. S. A. The age of senior citizens had appeared. Politicians, doctors, economists agreed to impulse senior citizen gerontology. A cohort had taken shape at the end of World War 2. It thought that death could be annihilated thanks to the developments made in science and medicine. Death was generally represented as an accident bursting from the outside and striking a body weakened by disease, exhaustion or old age. But gaining years over death will find its limit in the human kind's longevity, inscribed at the very heart of the living. There was a need for a change of representation. Towards 1975, gerontology operated a deep mutation) : the gerontology of the eldest. Neither social gerontology nor bio-medical gerontology had given rise to an autonomous psychological speech, whose message, subordinated to the medical speech, dealt with the unswerving weakening of intellectual capacites of older people. The psychiatry handbook designed for the training of psychiatrists at that time assimilated the normal aging process and the pathological aging process leading to demential. . Population aging caused strong concern and threatened to saturate mental health centers engaged in sectorization, a crucial work of modernization. Psychiatrics started to speak and mobilize their teams in order to avoid this saturation. Breaking with the habits of senior citizens' academic gerontology, they drew their speech and representations from human sciences. They started on the notion of thanatology, evoked the psychogenesis of dementia, since they had to work constantly with social death, that of mad people and outcasts. A psychological speech appeared to gerontologic recognition witch had identified the two major preceding speeches due to their ability to extract knowledge from the study of death.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol.,pagination multiple[621 p.]
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. p.305-331

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.