Exploration de la diversité génétique de Ralstonia solanacearum, agent du flétrissement bactérien : Détection et dynamique des populations dans les réservoirs d'inoculum

par Stéphane Poussier

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Jacques Luisetti.

Soutenue en 2000

à Rennes 1 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le fletrissement bacterien, dont l'agent causal est r. Solanacearum, est responsable de degats considerables sur un grand nombre de cultures, en particulier les solanacees maraicheres et les bananiers, en zones tropicales et subtropicales. Seule une prophylaxie adaptee en complement de l'utilisation de varietes resistantes peut reduire l'incidence de la maladie. L'optimisation de la lutte implique une meilleure connaissance de la diversite genetique de l'agent pathogene mais aussi des reservoirs d'inoculum. La diversite genetique de l'espece r. Solanacearum a ete evaluee a l'aide de divers outils moleculaires et l'exploration de plusieurs regions du genome. Ces etudes ont permis de confirmer les divisions 1 (asiaticum) et 2 (americanum) au sein de l'espece mais surtout d'identifier une nouvelle subdivision constituee uniquement de souches africaines. Par ailleurs, l'aflp (amplified fragment length polymorphism) s'est revelee une technique de choix pour l'etude de la structure d'une population naturelle de r. Solanacearum. L'exploration des genes hrp a ete un choix pertinent pour l'obtention d'un outil moleculaire, n-pcr-rflp (nested-polymerase chain reaction - restriction fragment length polymorphism), capable de discriminer les biovars ou des groupes de biovars de r. Solanacearum mais aussi d'assurer la detection efficace de la bacterie dans ses differents reservoirs. La maitrise d'un tel outil pour la detection dans le sol constitue un resultat majeur de ce travail. Nous avons clarifie et approfondi certains aspects de la biologie et de l'epidemiologie de la bacterie. Nous avons confirme que l'eau est un milieu dans lequel la bacterie peut se conserver et qui est susceptible d'assurer efficacement sa dissemination. De meme, la semence peut etre desormais consideree comme une voie potentielle de transmission de la maladie. Enfin, il apparait que la duree de survie de r. Solanacearum est limitee dans un sol nu et que le type de sol est un facteur influencant la conservation de la bacterie mais aussi l'expression de la maladie.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (149 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 131-149

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TA RENNES 2000/137
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.