La liberté humaine et la dépendance à l'égard de Dieu chez Kant

par Richard Ekazama

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Monique Castillo.

Soutenue en 2000

à Poitiers , en partenariat avec Université de Poitiers. UFR de sciences humaines et arts (autre partenaire) .


  • Résumé

    Cette thèse veut montrer qu'en congédiant la métaphysique théorique, Kant n'a cependant pas évacué le vieux problème de la liberté humaine face à la toute-puissance divine. Kant s'était affronté à ce problème dans sa période précritique ; il y défendait des thèses voisines de la théodicée de Leibniz. Mais la critique va transformer profondément la question. Si, cependant, la métaphysique théorique est dévalorisée, les analyses kantiennes laissent place à la foi, en dégageant un domaine de l'Inconnaissable. C'est ce domaine qui est peuplé par la réflexion sur la morale, à partir de l'Absolu du devoir, lequel amène à poser la liberte�� humaine. Si le principe de finalité n'a, dans le domaine théorique, qu'un rôle régulateur, les postulats de l'immortalité de l'âme et de l'existence de Dieu, exigés par l'Absolu moral, mènent à la foi en l'existence d'un plan de Dieu sur le monde et sur l'homme. Trop faible pour réaliser seul ce plan, l'homme doit espérer le secours de Dieu. Mais les modalités de ce secours n'importent pas l'homme : seul le concerne le courage de son effort vers le devoir.

  • Titre traduit

    Human freedom and dependance on god in Kant's philosophy


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 327 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 315-322

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 27-2000-11
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.