Aspects ethologiques et sociobiologiques de la polygynie chez une fourmi ponerine (gnamptogenys striatula)

par RUMSAIS BLATRIX

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Pierre Jaisson.

Soutenue en 2000

à Paris 13 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Chez les insectes sociaux, la polygynie (reproduction simultanee de plusieurs reines dans une colonie) a ete consideree comme contradictoire a la theorie de la selection de parentele. Afin d'ameliorer la comprehension de cette structure sociale, elle a ete etudiee chez la fourmi ponerine gnamptogenys striatula. Les femelles reproductrices de cette espece sont soit des reines soit des ouvrieres fecondees et fertiles (gamergates). Ces deux types de colonies peuvent etre polygynes. La monoandrie est majoritaire, 25% des reines sont cependant fecondees deux fois. Bien qu'en nature les appariements entre partenaires sexuels ne soient pas consanguins, aucun mecanisme d'evitement de l'inceste n'a pu etre mis en evidence au laboratoire. Le cycle de multiplication des colonies semble etre le suivant : les reines d'une meme colonie sont tres apparentees (b=0. 65) ; une ou deux reines produisent les femelles ailees qui sont fecondees pres de leur nid d'origine et integrees dans celui-ci ; la colonie bourgeonne. Les colonies avec gamergates sont obtenues au laboratoire en supprimant les reines et en fournissant des males aux ouvrieres. Les causes proximales de la polygynie elucidees, il est legitime de se demander quelles en sont les causes ultimes. Les lignees maternelles des colonies de g. Striatula ont montre une certaine predisposition a effectuer certaines taches, il est donc envisageable que la polygynie ait ete selectionnee pour la variabilite genetique qu'elle apporte dans la colonie. Les relations inter-individuelles peuvent etre affectees par la presence simultanee de plusieurs femelles reproductrices. Ces dernieres ne presentent pas d'agressivite les unes envers les autres. Les ouvrieres n'expriment pas de nepotisme envers les larves ou les ouvrieres. La discrimination inter-coloniale est faible et variable. Par contre la discrimination inter-specifique est nette. Les profils d'hydrocarbures cuticulaires sont correles aux variations de discrimination.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 225 p.
  • Annexes : 337 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2000 003
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.