Evaluation de la diffusion spatiale de la fièvre aphteuse dans des zones à forte densité animale

par Guillaume Gerbier

Thèse de doctorat en Biostatistique

Sous la direction de Joël Chadoeuf.

Soutenue en 2000

à Paris 11 .

Le président du jury était Jean Maccario.

Le jury était composé de Jean Maccario, Jean-Noël Bacro, Philippe Vannier, François Moutou.

Les rapporteurs étaient Jean-Noël Bacro, Philippe Vannier.


  • Résumé

    L'analyse de la propagation spatio-temporelle d'une maladie suppose des méthodes appropriées du fait de la nature des données et de l'échelle étudiée. Dans le cas de la fièvre aphteuse, une maladie animale extrêmement contagieuse qui a été éradiquée en Europe depuis une vingtaine d'années, cette analyse s'intéresse plus particulièrement à l'effet d'une augmentation de la densité animale sur la propagation de la maladie. Au niveau régional, l'utilisation de méthodes statistiques classiques sur des données de l'épizootie de Taiwan en 1997, confirme que la FA se propage plus rapidement dans une zone à forte densité animale, mais ce raisonnement «en moyenne» ne permet pas d'expliquer le mécanisme sous-jacent. Deux autres analyses, à l'échelle du cheptel, permettent d'appréhender le risque d'infection au travers, d'une part, du risque de contamination par voie aérienne et, d'autre part, du risque de contamination en fonction de la distance à un foyer infectieux. Le risque de contamination du cheptel par voie aérienne est modélisé en fonction de la taille du cheptel et de la quantité de virus inhalé calculé au moyen d'un modèle de diffusion physique du virus, au prix d'un nombre d'hypothèses biologiques important. A contrario, un modèle reposant sur un nombre d'hypothèse limité (délai d'incubation d'une semaine et abattage rapide des foyers) a été développé. Cette modélisation, fondée sur la notion de potentiel infectieux, s'appuie sur les méthodes d'analyse des processus ponctuels et plus précisément sur les modèles d'interaction de paires entre cheptel infecté et cheptel sensible. Elle permet d'estimer et de tester les paramètres de la propagation, d'aboutir à une cartographie du risque d'infection.

  • Titre traduit

    Evaluation of Foot-and-Mouth Disease spread in densely populated livestock areas


  • Résumé

    The analysis of the space-time propagation of a disease supposes suitable methods because of nature of the data and the studied scale. In the case of Foot-and-Mouth disease (FMD), an extremely contagious animal disease, the effect of high animal density on spread is particularly problematic. At the regional level, the use of classical statistical methods confirm that FMD spreads more quickly in a high animal density area, but "on average" analysis give no information about the underlying mechanisms. Two other analyses at the herd scale, make it possible to estimate the risk of infection through, on one hand, the airborne risk of contamination and, on the other hand, the risk of contamination according to the distance to an infected herd. The airborne risk is modelled according to the herd size and to the quantity of inhaled virus, calculated by means of a physical model of virus diffusion. The number of biological assumptions is then significant. On the opposite, a model was developed based on a limited number of hypotheses (incubation period of one week and fast slaughtering of the outbreaks). This modelling, based on the concept of infectious potential, is derived from point pattern analysis and more precisely on the pairwise interaction between infected herds and susceptible herds. Estimation and test of the spread parameters and "risk of infection" maps are presented.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?