Le virus responsable de la maladie du sommeil chez les salmonides : un nouveau type d'alphavirus

par STEPHANE VILLOING

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de MICHEL BREMONT.

Soutenue en 2000

à PARIS 11, ORSAY .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Un nouveau bioagresseur a ete caracterise : le virus responsable de la maladie du sommeil (vms) chez la truite arc-en-ciel. Nous avons montre que ce virus ne pousse qu'a 10\c et un delai moyen de 10 jours est necessaire pour observer un effet cytopathique. La particule virale a ete observee : elle est spherique, enveloppee et presente un diametre de 60 nm. Le genome viral est une molecule d'arn simple brin d'environ 12 kb. Une banque d'adnc a ete construite et la sequence adnc d'un des clones obtenus a permis de classer le vms parmi les alphavirus, un genre important de la famille des togaviridae, l'arn genomique du vms a ete sequence dans son integralite, et l'analyse de cette sequence a pu conforter cette appartenance taxonomique, tout en indiquant certaines particularites interessantes qui font du vms un alphavirus atypique. Apres comparaison avec la sequence de l'arn subgenomique du virus de la maladie du pancreas du saumon (vmp), il s'avere que le vms et le vmp sont extremement proches. C'est la premiere fois que l'on met en evidence l'existence d'alphavirus susceptibles d'infecter naturellement et de se repliquer chez des teleosteens. L'etude phylogenetique de ces deux virus de salmonides indique qu'ils forment un nouveau groupe au sein du genre alphavirus, tout en etant plus proches du groupe du semliki forest virus. Une methode de diagnostic de la maladie du sommeil par rt-pcr a ete mise au point et et comparee aux methodes utilisees prealablement (virologie, histologie et immunohistochimie). Cette methode s'est avere superieure aux autres, permettant une detection fiable du vms directement a partir des organes des poissons infectes, des 2 jours post-infection et jusqu'a 70 jours post-infection. Cette methode a pu etre utilisee aussi bien pour la detection du vms que du vmp, chez des poissons infectes experimentalement ou naturellement. Elle devrait donc permettre de determiner l'incidence reelle des maladies causees par ces deux alphavirus sur le terrain.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 223 p.
  • Annexes : 163 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-014793
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.