L' invention de la théorie française : le cas de sémiotexte et le transfert culturel transatlantique

par François Cusset

Thèse de doctorat en Sociologie de la communication

Sous la direction de Nicole Boulestreau.

Soutenue en 2000

à Paris 10 .


  • Résumé

    Au sein du système universitaire américain, en particulier de son champ littéraire, mais aussi sur un mode plus diffus parmi les artistes et les internautes, le succès en traduction d'un certain nombre de philosophes français présentés comme "post-structuralistes" ou "déconstructionnistes" (de Derrida à Foucault, Deleuze, Lyotard et Baudrillard) a donné lieu à l'invention et aux usages d'une catégorie et d'un corpus de théorie française (French theory). Pour analyser ce transfert culturel transaltlantique comme procès de communication, le cas présenté est celui de la revue et de la maison d'édition Sémiotext(e), fondée à New-York par Sylvère Lotringer en 1973. Quatre approches complémentaires permettent de cerner le processus de transfert : les modes de construction de l'objet, de la dynamique des supports aux tactiques du discours, ses lecteurs plurielles par un ensemble d'usagers, des critiques littéraires aux praticiens de la musique mixée, les rapports entre texte et monde vécu comme contitutifs du travail de médiation, et l'analyse systématique du maintien de l'entité de théorie française au sein de l'espace intellectuel. Des presses universitaires aux galéristes new-yorkais, le rôle de chaque type de médiateur est présenté en contrepoint du cas de Sémiotext(e). Au plan épistémologique, la démarche suivie alterne pragmatique et herméneutique de la communication, complétée par les éclairages de la médiologie, de l'écologie cognitive et de la translinguistique.

  • Titre traduit

    The invention of french theory : the case of semiotexte and transatlantic cultural transfer


  • Résumé

    As a strictly american category, french theory was made into a specific (and groundbreaking) pratical and cognitive object within the academia - primorily in the field of literary studies - and secondarily by certain groups of users, from the art world to some internet communities. It revolves around a canon of translated works from so-called 'post-structuralist' french authors (from Foucault to Derrida, Lyotard, Deleuze and Baudrillard). Focusing on the case-study of New-York-based semiotext(e) ( a pioneering journal and publishing house founded by Sylvère Lotringer), four successive steps are followed to unveil the features of french theory as a communicational process and cultural transfer : a look at how it was constructed as a set of discourses and media contents, an analysis of its various readings and interpretations, an attempt at relating its actual mediations to the concept of 'lifeworlds', and a final grasp of its systemic function within america's intellectual attention space. The role of additional mediators, from university presses to art galleries, is confronted to Semiotext(e)'s. The overall approach is the pragmatics and hermeneutics of communication, while 'cognitive ecology', media analysis and 'translinguistics' shed some additional light on the process of how and why french theory was invented in the US.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : [549] p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 527-539

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T00 PA10-135
  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T00 PA10-135
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.