L'offre ethique - une production de l'ordre economique.

par Anne Salmon

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jacqueline Palmade.

Soutenue en 2000

à Paris 9 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'ethique d'entreprise est de plus en plus assimilable a un outil de gestion visant notamment a maintenir ou a restaurer la loyaute des salaries au moment ou les buts de croissance et du "toujours plus de travail et de gains" ne s'articulent plus nettement au progres de la societe et ou l'economie parait se developper "contre la societe". Son developpement spectaculaire et son caractere local pourraient bien chercher a denier l'autonomisation croissante de l'economie et du social (l'une des principales sources de la crise du sens du travail) qui apellerait la restauration de formes de regulation externe a l'economie. L'analyse des liens entre l'ethique et le developpement de la rationalite capitaliste se prolonge ici par une reflexion critique a l'egard de la "production" dans l'entreprise, d'une "offre ethique": les fins et les valeurs offertes dans une communication strategique et commerciale tendent a devenir les moyens de reguler l'activite economique decrochee des buts qu'elle etait supposee atteindre. La mise en perspective historique de ce mouvement vise a etablir que les interpretations qui le reduisent a n'etre qu'un phenomene de mode risquent de masquer son veritable enjeu: la construction d'un substitut qui cherche a s'imposer comme "ethique immanente a l'ordre economique" pour remplacer les ethiques transcendantes (qu'elles soient religieuse ou laicisee) qui ont fonctionne tout a la fois comme regulateur interne/externe. Si l'ethique progressiste a pu se substituer a l'ethique protestante pour accompagner la phase d'industrialisation de la societe occidentale, le mouvement de "l'ethique economique et de l'entreprise" pourrait bien de nos jours fonctionner comme "le complement le plus convenable" pour accompagner les developpements de la rationalite economique et le passage d'une "societe industrielle" a une "societe post-industrielle" risquant cependant a trop vouloir "s'economiser", de devenir regulateur de processus economique sans fin, incapable alors d'etre porteur de sens.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 308 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 256 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.