Chili, l'impact des réformes institutionnelles et des contrôles des flux des capitaux de 1973 à 1998 : une approche institutionnaliste

par Luciano Reni

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Marc Siroën.

Soutenue en 2000

à l'Université Paris-Dauphine .


  • Résumé

    L'objectif principal de la thèse est d'analyser théoriquement et empiriquement la relation entre les réformes institutionnelles menées au Chili, notamment dès le début des années 70, et les taux élevés d'investissements directs étrangers et de croissance économique observés à partir de la fin des années 80. A la suite du rappel des théories de la croissance et du commerce international, cette analyse est enrichie de l'approche << néo-institutionnaliste >> qui intègre le processus de recomposition institutionnelle et de modernisation organisationnelle à l'analyse abstraite néo-classique. Les résultats de cette recherche mettent en valeur les nouveaux droits de propriété et "la concertacion para la democracia", comme les institutions chiliennes qui ont contribué à procurer la sécurité et la stabilité politico-sociale favorables aux investissements et à la croissance économique. La recherche empirique a été focalisée sur les flux d'investissements étrangers au Chili depuis 1821, tout en mettant l'accent sur leur évolution importante à partir de 1990. La règlementation mise en œuvre par la banque centrale chilienne, afin de contrôler l'entrée de capitaux à court terme, a représenté également un élément essentiel dans cette étude.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 326 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 295 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.