Canal de la monnaie ou canal du crédit : enjeux pour la politique monétaire - le cas de la france

par Monia Gharbi

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Joël Métais.

Soutenue en 2000

à Paris 9 .


  • Résumé

    Les mécanismes de transmission des actions de la politique monétaire ont suscité de nombreuses interrogations en économie monétaire et financière. Plusieurs théories macro-économiques se sont succédées pour apporter des éclairages sur l'interaction entre les sphères monétaire, financière et réelle. Cependant, l'absence d'une approche théorique dominante explique le débat constamment renouvelé sur ces questions. L'objectif de notre thèse est d'analyser le débat récent opposant les partisans de la théorie du canal de la monnaie aux partisans de la théorie du canal du crédit. Nous avons également accordé une attention particulière au taux de change comme canal de transmission des chocs monétaires. La situation contemporaine apparaît paradoxale en raison de la résurgence de l'intérêt apporté au marché du crédit bancaire dans l'étude des modes de transmission de la politique monétaire dans un contexte de libéralisation financière. Nous avons expliqué cet événement paradoxal grâce à l'apport des nouvelles théories micro-économiques dans la résolution des problèmes d'asymétrie d'information et aux expériences de crises financières et économiques, récemment vécues par de nombreux pays. Pour apporter un certain nombre de réponses aux questions soulevées par la littérature, nous avons mis en oeuvre des travaux empiriques sur les mécanismes de transmission des impulsions monétaires pour le cas de la France, portant sur la période 1984-1997. Pour ce faire, nous avons eu recours à la méthodologie vectorielle autorégressive en analysant les fonctions de réponse aux chocs et les décompositions de variance. En utilisant des données agrégées, nos résultats révèlent qu'un choc monétaire restrictif à un effet dépressif persistant à long terme. Il apparaît également que le canal du crédit domine le canal de la monnaie et le canal du taux de change dans un contexte de mutation financière. En effet, en utilisant des données désagrégées, nos tests économétriques ont permis de conforter la thèse d'une transmission de la politique monétaire française par le canal quantitédu crédit bancaire. Ce résultat s'explique par la rigidité observée des taux debaters sur les crédits, à court comme à long et moyen terme, et par le comportement discriminatoire des banques à l'égard des emprunteurs en réponse a un choc monétaire restrictif.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 364 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 350 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.