Recepteurs t chimeriques et anticorps recombinants diriges contre la proteine d'enveloppe du virus de l'immunodeficience humaine

par NATACHA BITTON

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Patrice Debré.

Soutenue en 2000

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Plus de 30 millions de personnes sont infectees par le virus de l'immunodeficience humaine (vih-1 et 2) a travers le monde. Le developpement de nouvelles technologies et l'utilisation de modeles animaux permettent une caracterisation de plus en plus precise du role joue par le systeme immunitaire lors de l'infection par le vih-1. La premiere partie de l'introduction s'attachera a presenter les donnees recentes dans ces differents domaines. Dans les pays industrialises, les patients sont traites avec des combinaisons d'anti-retroviraux. Ces associations ont augmente la duree et la qualite de vie des personnes traitees, mais ne permettent pas l'eradication de l'infection et ont des effets secondaires a long terme c'est dans ce contexte que de nombreux programmes d'immunotherapie et de therapie genique anti-vih se developpent. Les approches de therapie genique peuvent etre regroupees selon deux axes distincts mais potentiellement synergiques. Il s'agit soit de suppleer a une reponse immunitaire specifique du vih-1 declinante ou trop peu efficace, soit de conferer aux cellules cibles une resistance au vih-1. La seconde partie de l'introduction fera un point sur l'etat actuel des differentes therapies et discutera les limitations de chacune d'entre elles. L'objectif de mon travail a ete d'armer des cellules contre le vih-1 de deux manieres differentes. D'une part, en exprimant des recepteurs t chimeriques a specificite de type anticorps, diriges contre la proteine d'enveloppe du vih-1, a la surface de cellules t cd8. De telles cellules peuvent interagir avec des cellules infectees par le virus d'une maniere non restreinte par le cmh, et pourraient etre plus efficaces que l'anticorps parental pour inhiber la replication virale ou contribuer a eradiquer la maladie residuelle. D'autre part, en exprimant un scfv specifique de la gp120 dans des cellules cd4, cibles potentielles du virus, afin d'interagir avec la production virale dans les cellules infectees.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 221 p.
  • Annexes : 676 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS2000
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.