La Vie théâtrale à Paris sous le Consulat et l'Empire

par Jean Rigotard

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Marie-Noëlle Bourguet.

Soutenue en 2000

à Paris 7 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La thèse part d'une situation de fait : la production dramatique de l'époque de Napoléon (3000 pièces nouvelles de 1800 à 1815) souffre depuis la fin du XIXè siècle d'un discrédit total de la part des historiens et des critiques littéraires. Ce constat a généré la question centrale de la thèse : faut-il réhabiliter cette production et faire en sorte que l'on n'ignore plus ce qui s'est passé entre Beaumarchais et Victor Hugo ? Pour répondre à ces interrogations, commentées dans l'historiographie, la thèse commence par aborder l'aspect architectural et urbanistique de cette vie théâtrale riche et intense et la répartition dans la capitale de quelques vingt théâtres issus de la Révolution. Dans une deuxième partie consacrée au régime législatif des théâtres et à la censure, la thèse montre la pression politique exercée par Napoléon avec le monde théâtral. Elle explique l'échec des Prix Décennaux et relève l'utilisation égocentriste du "Théâtre de la Cour". Elle aborde enfin les répertoires et évoque l'influence de la critique dramatique. La thèse conclut qu'il faut réhabiliter cette production et approfondir les travaux de Brunetière. Certaines réflexion récentes d'universitaires et de critiques littéraires laissent à penser que ce moment est opportun.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 592 p.
  • Notes : Reprod. autorisée

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TL (2000)102
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.