Unification et différences : identités et identités sexuelles dans les romans arthuriens de Mary Stewart et Marion Bradley

par Anne Galliot

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Ruth Morse.

Soutenue en 2000

à Paris 7 .


  • Résumé

    Notre recherche est une critique littéraire à base féministe des romans arthuriens de deux auteurs féminins contemporains, Mary Stewart et Marion Bradley. Nous définissons le genre de ces romans et notons les impératifs narratifs qui s'appliquent aux traditions arthuriennes dont les auteurs se font les émules. Nous définissons ensuite les concepts de l'identité et de l'identité sexuelle, concluant qu'ils reposent moins sur des réalités biologiques que sur des assomptions socioculturelles. Nous voyons comment des règles socioculturelles sont inscrites dans les textes anglais et français des traditions arthuriennes médiévales et du 19ème siècle. Nous remarquons que ces règles influencent les façons dont sont définies l'identité et l'dentité sexuelle. Nous proposons que les romans arthuriens de Mary Stewart et Marion Bradley tentent de déconstruire les définitions arthuriennes traditionnelles de l'identité et l'dentité sexuelle. Nous explorons les façons dont elles remettent en question ces concepts par l'analyse par l'analyse de leurs structures narratives et des structures sociales qu'elles décrivent. Nous remarquons que ces deux auteurs utilisent un schéma narratif et des structures de définition traditionnels qui reproduisent les binarismes s'appliquant précédemment aux concepts de l'dentité et de l'identité sexuelle. Nous concluons que les impératifs narratifs de la tradition arthurienne que nous avons définie sont incompatibles avec la déconstruction du binarisme sexuel que propose le féminisme de notre époque.


  • Résumé

    This study is an exercise of feminist literary criticism applied to selected Arthurian novels written by two contemporary female writers, Mary Stewart and Marion Bradley. In including these writers in an evolving Arthurian tradition, we offer a definition of an Arthurian genre and we survey the narrative and structural constraints it requires. We outline the concepts of identity and that of sexual identity in an attempt to define the terms of our study. We conclude, in line with a feminist argument, that the construction of identity and sexual identity is based less on biological difference than on sociocultural conventions. We note that, in medieval and 19th-century Arthurian traditions, such sociocultural conventions are inscribed in the texts and restrict the definitions of identity and sexual identity to a system of binarisms. We suggest that, in their Arthurian novels, Mary Stewart and Marion Bradley attempt to define identities and sexual identities beyond the restrictions of binarisms by developing difference and differences. They attempt to include differences in the narrative structures of their novels as well as in the social structures they depict. However, we note that their reliance on the Arthurian tradition demands that both authors have to reproduce previous binarisms. We conclude that the narrative and structural constraints of the Arthurian tradition we define in our introduction are incompatible with the requirements of feminism today.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 444 p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TL(2000)101

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 4841
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.