Les ashide dans le japon ancien : à la croisée du texte et de l'image : de quelques peintures et laques cryptographiques de Heian et de Muromachi

par Claire-Akiko Brisset

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Cécile Sakai.

Soutenue en 2000

à Paris 7 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Il est d'usage aujourd'hui de regrouper sous le terme d'ashide, ou << ecriture en forme de roseau >> , un certain nombre de pratiques encore mal connues dans l'art japonais ancien, pratiques a la fois calligraphiques et picturales, et qui constituent principalement a introduire dans une image des caracteres d'ecriture et d'autres indices a valeur linguistiques. On en trouve des temoignages dans un corpus heteroclite, compose de calligraphies (xie-xve s. ), de peintures (xiie-xtve s. ) et d'objets en laque (xiiie-xviiie s. ). Les caracteres d'ecriture sont le plus souvent caches dans les profondeurs de l'image au point de se derober a toute lecture. Combines aux motifs picturaux proprement dits, ils sont charges de renvoyer a un referent textuel, poeme ou stance de sutra. La peinture ou la boite constitue alors la mise en image allusive de ce referent. Cette recherche a pour but, d'une part, d'eclairer la genese du terme lui-meme, a travers l'examen du corpus constitue par ses occurrences dans les uvres litteraires (debut xe-xve s. ), et, d'autre part, d'etudier les differents types de rapports entre texte et image que propose le corpus proprement iconographique des ashide. Cette approche, de caractere semiologique, est envisagee selon deux axes principaux : l'aspect formel et l'aspect fonctionnel du phenomene.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par Collège de France, Institut des hautes études japonaises à Paris et par diff. de Boccard à Paris

À la croisée du texte et de l'image : paysages cryptiques et poèmes cachés ("ashide") dans le Japon classique et médiéval


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 669 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 270 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 4993
  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MMc 101
  • Bibliothèque : Ecole normale supérieure. Bibliothèque d'Ulm - Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par Collège de France, Institut des hautes études japonaises et par diff. de Boccard à Paris

Informations

  • Sous le titre : À la croisée du texte et de l'image : paysages cryptiques et poèmes cachés ("ashide") dans le Japon classique et médiéval
  • Dans la collection : Bibliothèque de l'Institut des hautes études japonaises
  • Détails : 1 vol. (548 p.-[32] p. de pl.)
  • ISBN : 978-2-913217-20-1
  • Annexes : Bibliogr. p. [499]-520. Notes bibliogr.. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.