Problemes de morpho-phonologie verbale en francais, en espagnol et en italien

par Gilles Boyé (Boye)

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Jean Lowenstamm.

Soutenue en 2000

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les trois langues romanes sollicitees ici ne nous donnent plus l'occasion d'observer d'interaction riche entre derivation, inflexion et phonologie que dans leurs systemes verbaux. Une consequence de cet etat de chose est que le marquage individuel des verbes et leur segregation selon des paradigmes differents pour chaque marque, sont universellement acceptes. L'idee qu'une morphologie sophistiquee reposant sur l'activation de mecanismes phonologiques serait a meme de decrire la flexion des verbes de ces trois langues, est generalement consideree comme peu plausible, l'ambition de cette these est justement de construire une telle morphologie qui capte les intuitions des locuteurs sur la conjugaison. Cette entreprise est sous-tendue par un double a priori : - negliger totalement le role d'informations d'origine diachronique ; - reduire totalement le role de categories non-reconnues par la theorie linguistique dans la caracterisation de cette connaissance, notamment la notion dite de groupe de verbe. Ce travail atteint trois objectifs : 1) supprimer la notion de groupe dans la conjugaison, c'est deriver les formes de surface des verbes des differents groupes a partir d'une morphologie nourrissant des mecanismes phonologiques generaux. 2) donner un statut a la suppletion et a la defection qui permette de comprendre comment un verbe suppletif ou defectif est represente dans les grammaires integrees des locuteurs. Autrement dit, nous voulons non seulement donner un lieu de lexicalisation aux suppletions et aux lacunes mais aussi etudier leur fonctionnement par rapport au paradigme de conjugaison unique que nous postulons. 3) unifier le traitement des verbes reguliers et irreguliers en utilisant ce meme paradigme unique pour tous les verbes. L'intuition couverte par cet objectif, est qu'a partir d'un echantillon de l'irregularite d'un verbe, un locuteur est capable de faire un certain nombre de generalisation sur les autres irregularites.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 444 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 101 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.