Etudes de deux cas de dysphasie. Alterations phonetiques et etapes evolutives en reeducation. Expression intonative

par Lubomila Velkova Kossachka

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de LAURENT DANON BOTLEAU.

Soutenue en 2000

à Paris 5 .


  • Résumé

    La recherche porte sur le langage de deux adolescentes post-autistes presentant des troubles dysphasiques severes : sur les etapes d'evolution phonetique au cours de la reeducation semiophonique, sur leurs strategies conversationnelles, sur l'emploi et la coventionnalisation de l'intonation par les sujets en repetition et en oral spontane. L'analyse d'un corpus renfermant des fautes phonetiques, recueilli au cours de quatre ans de reeducation, a permis d'esquisser les etapes evolutives. Ainsi, l'on observe : etape 1 : les sujets structurent leur parole a partir de la syllabe : la syllabe saillante ou l'enchainement de syllabes simplifiees ; etape 2 : la periode des assimilations: des changements lies a la reproduction de l'image globale du mot ont lieu ; etape 3 : un besoin de differenciation et de precision des traits apparait. Les changements marquants ces etapes ont leurs parallelismes dans l'histoire des langues. Les deux adolescentes presentent, d'autre part, deux profils linguistiques differents. L'une d'elles focalise son attention au segmental, l'autre au suprasegmental. Elles suivent les deux modes d'entree au langage chez l'enfant tout-venant (referentiel ou expressif). Sur le plan intonatif, en repetition, l'on constate une predilection aux cliches ascendants, a valeur referentielle chez la premiere (n. ), et aux cliches en declinaison, a valeur modale, chez la deuxieme (m. ). En oral spontane, n. Forme des enonces constitues, en general, d'un seul argument nominal, de "oui" ou de "non" et elle ne repete ni ses propres paroles ni celles de l'autre. Elle se positionne aussi bien en consensualite qu'en discordance ou en rupture. Les enonces de m. Renferment beaucoup de reiterations, d'echos, d'automatismes. Elle se positionne en consensualite et elle utilise des unites syntaxiques dont les traces melodiques, plus varies qu'en repetition, s'averent bien specifies.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 668 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 96 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.