L'univers passionnel de Villiers de l'Isle-Adam

par Yuataka Kimoto

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jacques Noiray.

Soutenue en 2001

à Paris 4 .


  • Résumé

    Nous ne visons pas une étude psychologique des passions chez Villiers. Nous envisageons, en tant que problème fondamental de son écriture, les deux passions qui sont constamment mises en cause dans son œuvre : la passion de la puissance et la passion amoureuse. Noble de naissance, Villiers a cherché à prouver sa noblesse par son écriture. Celle-ci est donc fondamentalement déterminée par sa volonté de puissance. Or, chez lui, être puissant et noble, c'est, avant tout, pouvoir être soi-même. Mais, puisque l'usage du langage introduit inévitablement l'autre dans l'écriture de soi, celui qui écrit risque toujours d'être dépossédé. Pour devenir soi-même par l'écriture, il faut expulser l'autre du langage dont on use. Le problème est le même en amour, car la femme peut être à la fois l'être et l'autre de l'homme chez Villiers. De même que l'écriture poétique de soi, l'amour ne se réalise que par une lutte contre l'autre. Or, l'amour est une illusion chez Villiers. L'autre de l'homme en amour consiste donc dans la vérité. De même, l'autre qui s'exprime constamment dans la parole consiste dans sa vérité immuable, dans le sens qui se constitue par la répétition. L'amour ou la poésie dont rêve Villiers ne se réalise donc qu'en un instant illusoire, mais unique. Et pour ne pas tomber dans la répétition, il faut mourir à l'instant même où se manifeste l'idéal. L'éthique du poète chez Villiers est une éthique suicidaire. Mais l'écriture en tant que texte se donne irrémédiablement à la répétition. De là résulte l'ambiguïté fondamentale de l'écriture villierienne.

  • Titre traduit

    Passions in the work of Villiers de l'Isle-Adam


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 633 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 621-633. 203 ref.

Où se trouve cette thèse ?