Les representations figurees (peintures et sculptures) dans la litterature courtoise des xiie et xiiie siecles. Etude de lexicologie et d'esthetique

par Mounira Mezghani-Manal

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Philippe Ménard.

Soutenue en 2001

à Paris 4 .


  • Résumé

    Une approche a la fois lexicologique et esthetique des representations figurees permet de mettre a jour leur extreme importance au sein du roman courtois des xiie et xiiie siecles. Les details techniques sont presents dans certaines descriptions de ces peintures, sculptures et ymages textiles. Le vocabulaire de l'art est abondant, mais les conteurs courtois preferent la description esthetique auxprecisions techniques. S'interessant a un vocabulaire de specialiste, leur description n'en reste pas moins litteraire. Les quasi synonymes employes pour designer a la fois la representation figuree, le procede de fabrication et les divers ornements ajoutes, temoignent du souci plutot esthetique de la description. En effet, la beaute et la richesse des materiaux conjuguees a la rarete de la faconsont le noeud de l'ecphrasis medievale. Participant ainsi d'un << art >> medieval, la description des ymages reflete, dans le roman courtois, les memes courants intellectuels qui marquent la pensee medievale a cette periode. Decrivant tantot des representations figurees relevant du merveilleux et du feerique, tantot des objets de la vie quotidienne, la vraisemblance de l'oeuvre d'art donne l'illusion de la vie. Beaute et richesse des representations figurees humaines permettent au clerc d'exposer la courtoisie : chevalerie et amour mais aussi clergie fondent l'ideologie courtoise. La description des representations figurees est un lieu ou l'on enseigne l'amour et le savoir, et constitue un relais mnemotechnique pour le heros, le roman et la litterature. Une habile amplificatio, la description des ymages permet a l'auteur courtois d'y inscrire son approche romanesque a travers l'intertextualite et la mise en abyme. Par leur double realite, picturale et humaine, les representations figurees participent a l'intrigue tout en semant le trouble quant a leur pouvoir reel. Elle se revelent un creuset de significations et un lieu de << tissage >> et de << broderie >>, un lieu de << sculpture >> mais aussi de parure. Nouveau vulcain et nouveau pygmalion, l'auteur forge et sculpte son roman de la meme facture que les representations figurees qu'il y dessine. L'analogie des actes d'<< ecrire >> et de << peindre >> fonde la modernite du roman courtois.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 732 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 510 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4929

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 4689
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.