Malte et le commerce français au XVIIIe siècle

par Xavier Labat Saint Vincent

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Pierre Poussou.

Soutenue en 2000

à Paris 4 .


  • Résumé

    L'ile de Malte, gouvernée par l'Ordre des hospitaliers de St Jean de Jérusalem, de 1530 à 1798, fut, au cours du XVIIIe siècle, une escale essentielle au commerce français du levant. La publication, en 1723, d'une pragmatique sanction douanière très incitative, amena de nombreux bâtiments français à modifier leurs routes et à utiliser l'ile comme une place d'échanges au centre de la Méditerranée. Leur fréquentation de cet « avant-port » de Marseille connut deux phases distinctes, dont le tournant fut la paix de Paris de 1763. Au cours de la première période, cette fréquentation refléta de l'activité de Marseille : chaque embellie, chaque crise que connut ce port, se répercuta immédiatement à Malte. Son attrait essentiel résidait alors dans son lazaret, très réputé, moins cher et surtout plus sûr. Pour les navires en quarantaine, que celui, souvent encombré, de Marseille. Inversement, au cours de la seconde période, l'ile évolua de façon plus autonome. La ruine du négoce français pendant la Guerre de Sept ans avait aiguisé l'appétit de nombreux concurrents qui avaient pénétré, entre autres marchés, celui de Malte. L'activité française dans le levant déclina alors du fait de cette concurrence, principalement grecque, mais aussi des troubles qui secouèrent l'Empire ottoman à partir du règne de Mustapha III (1757-1774) et qui entrainèrent une insécurité dans les échelles l'activité commerciale française glissa alors vers le bassin occidental de la Méditerranée, vers les régences barbaresques : Malte conserva son importance dans ces nouveaux liens commerciaux, et son lazaret fut toujours fréquemment utilisé, quoique de manière différente majoritairement pour les marchandises, et non plus pour les bâtiments et les hommes. L'expulsion de l'Ordre par Bonaparte, en 1798, marqua la fin d'une communauté d'intérêts entre les français et la bourgeoisie négociante maltaise, et une émancipation, longtemps attendue, de cette dernière vis-à-vis de la pesante tutelle de l'ordre.

  • Titre traduit

    Malta and the French trade in the eighteenth century


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 564 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 845 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 945 LAB mal T.1
  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 945 LAB maL T.2
  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4816
  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MMc 207

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 3079
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5039
  • Bibliothèque : Ecole normale supérieure. Bibliothèque d'Ulm - Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.