James Baldwin : écriture et identité

par Jean-Paul Rocchi

Thèse de doctorat en Études nord-américaines

Sous la direction de Pierre-Yves Pétillon.

Soutenue en 2001

à Paris 4 .


  • Résumé

    Plus qu’une étude sur la représentation des catégories raciales et sexuelles, et leur interaction, cette recherche sur James Baldwin s'intéresse aux voies que l'écriture emprunte pour transformer les identités et les mener au-delà de l'effacement et de la négation. Chez l'essayiste et romancier africain-américain, l'homosexualité est à la source de ce processus ou la conscience noire s'arrache aux repères spatiotemporels traditionnels et à la tyrannie de l'origine. Elle est le prisme à travers lequel Baldwin observe la fabrique des identités américaines, cauchemar transparent dont perce la vérité du pouvoir, le plaisir qu'il procure. Dédoublant le propre cheminement intellectuel de l'écrivain et le dessin que son œuvre déploie, cette thèse a pour emblème la métalepse, figure de l'inversion où le binarisme oppositionnel des identités se brouille ; elle suit, par ailleurs, une progression en huit qui par, ses tours, détours et retours sur elle-même, fait entendre comme en écho à celle de l'identité, la dissonante question de l'origine de l'écriture. En utilisant essentiellement les cadres théoriques offerts par l'hypothèse psychanalytique, la sociologie et la sémiologie, tout en s'inscrivant dans la perspective ouverte par les études gay et afro-américaines, « James Baldwin : écriture et identité » s'articule autour de trois images de la masculinité : le père, le fils et l'amant. Ils sont les porteurs de mémoire du texte dont ils mettent aussi en jeu la triade notionnelle que forment ensemble la transmission, la translation, et la transformation. Remontée de l'œuvre, depuis sa préhistoire jusqu'aux dernières pièces de l'héritage scripturaire, cette analyse des nouvelles, romans et essais de l'auteur de « notes of a native son » a pour paliers successifs les thèmes de la mémoire, la textualité, l'éthique de l'inclusion chère à Baldwin, ses exils et enfin cette parole noire et gay qui cinglait sur son écriture vers l'ile exondée de l'identité critiquée.

  • Titre traduit

    James Baldwin : writing-in, beyond identity


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 378 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 323 ref.

Où se trouve cette thèse ?