La France et l'espace yougoslave : la naissance de la Yougoslavie (1878-1918)

par Vojislav Pavlovic

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Paul Bled.

Soutenue en 2000

à Paris 4 .


  • Résumé

    Les mouvements des nations yougoslaves attiraient peu d'intérêt de la France officielle. Le seul intérêt français pour la région était économique, à savoir les emprunts accordés à la Serbie depuis son indépendance en 1878. Or, le soutien financier de la France dépourvu des demandes d'une contrepartie politique, permit à la Serbie de se libérer de l'emprise politique et économique de l'Autriche Hongrie, voire de mener à bien son action nationale dans les guerres balkaniques. Le peu d'intérêt dans l'espace yougoslave permit à la France de disposer d'une plus grande liberté d'action envers l'union des slaves de sud, rendue possible par le déclenchement de la guerre. La France de Delcassé, en juillet 1915, approuva en principe l'union entre les serbes et les croates, certes uniquement comme le moyen de reconstruire l'alliance balkanique. L'union des yougoslaves fut pour la France un moyen de gagner la guerre plutôt qu'une fin en soi. Comme telle elle eut le soutien du gouvernement Clémenceau depuis l'avril 1918. Cependant le gouvernement français ne conçut pas une stratégie pour la réorganisation de la région. L'attitude du gouvernement français reposait sur deux prémisses: 1) le respect des revendications italiennes dans l'adriatique résumées par le traité de Londres; 2) le respect de la volonté des yougoslaves vivant dans la double monarchie. Or, dès le mois d'octobre 1918, ces derniers adhèrent à l'idée de l'union avec la Serbie et s'opposèrent à l'avancée italienne. Le soutien français accordé à la Serbie et aux yougoslaves vivant dans l'Autriche-Hongrie fut donc limité au strict respect de la lettre du traité de Londres. Néanmoins, l'évidente volonté italienne de dominer l'espace yougoslave rendit la France favorable à l'union yougoslave. La forme de l'union fut décidée cependant, sans aucune ingérence française, exclusivement par le rapport des forces des parties intéressées. La Serbie de Pasic voulait une Yougoslavie unitaire, tandis que les croates furent partisans d'une Yougoslavie confédérale. Elle aurait dû être formée de la Serbie et de l'état des serbes croates et slovènes avec le centre à Zagreb, englobant toutes les provinces yougoslaves de l'ancienne l'Autriche-Hongrie. Dans cette lutte sur la primauté dans le nouvel état, la Serbie comme le belligérant du premier jour emporta grâce à son armée.

  • Titre traduit

    France and the Yugoslav lands : the birth of Yugoslavia (1878-1914)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 480 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 179 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4946
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 742

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 3219
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 4845
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.