Le prince prêtre sous le Haut-Empire

par Cécile Zammit-Popescu

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Robert Turcan.

Soutenue en 2000

à Paris 4 .


  • Résumé

    D'Octave-Auguste à Sévère Alexandre, tous les empereurs romains assument des prêtrises de la religion nationale, avant ou après leur avènement. Ils sont membres des quatre collèges majeurs (pontificat, augurat, quindecemvirat sacris faciundis et septemvirat epulonum) et de plusieurs sodalités (culte archaïque ou impérial). Leur participation à des rites étrangers demeure exceptionnelle. Le titre de pontifex maximus, unique, est réservé au chef de l'état, premier législateur et premier sacrificateur. Il lui assure un contrôle absolu sur la vie religieuse. Ces réalités sont attestées dans les sources littéraires, épigraphiques, numismatiques et iconographiques. Ecrits, inscriptions, monnaies, statues et reliefs favorisent d'une part la diffusion du message de l'autorité et reflètent d'autre part l'opinion d'une Elite ou la pensée de dédicants. Outre la restitution de la carrière sacerdotale des personnages, leur étude permet de confirmer certains aspects fondamentaux de l'idéologie impériale, comme le cumul des pouvoirs ou l'établissement de la succession dynastique. Enfin, les prêtrises, outils politiques, constituent aussi des instruments de propagande : leur exercice est la manifestation de la piété de l'empereur, interlocuteur privilégié des dieux et garant de la sérénité de l'empire et de ses habitants.

  • Titre traduit

    The emperor priest under the principate


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 485 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 809 ref.

Où se trouve cette thèse ?