Michel Leiris et le monde extérieur : de la communication esthétique comme dépassement de l'égocentrisme

par Sachiko Natsume-Dubé

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Michel Murat.

Soutenue en 2000

à Paris 4 .


  • Résumé

    Nous nommons "égocentrisme" ce qui caractérise la vision du monde de Michel Leiris qui, tel le symbole « point entouré d'un cercle », se sent littéralement au centre du monde qui est aussi la prison dont il ne peut s'évader. Des lors, toutes ses activités ont pour but le dépassement de son égocentrisme, qu'il s'agisse du merveilleux surréaliste marqué par le désir de créer un nouvel ordre du monde à l'aide des mots, ou de l'ethnographie qu'il croit "humaine" dans la mesure où elle lui permettrait de sortir de sa peau et de s'approcher de celle des autres, ou enfin du sacré qu'il éprouve chaque fois qu'il a l'impression de sortir de soi. Fruit des réflexions sur le sacré et placé sous la double tutelle de Schelling et de Proust, la communication esthétique est fondée sur la dialectique du particulier et du général, selon laquelle on atteint l'objectivité en parlant de soi de la façon la plus subjective, l'œuvre devenant alors le « lieu de l'identification du sujet et de l'objet ». Bien que l'objectif affiché de la règle du jeu soit la découverte d' « une règle d'or qui serait en même temps art poétique et savoir-vivre », l'œuvre trouve sa fin en elle-même en tant que pratique de la communication esthétique, de telle sorte que le prétendu échec de cette quête ne compromet en rien sa cohérence. Afin de maximaliser la communication esthétique, Leiris s'attache à la notion de présence (qu'il approfondit d'abord dans ses réflexions sur les peintures de Francis Bacon) dans ses derniers livres tels que Le ruban au cou d’Olympia, où est présent non l'auteur existant « à médiocre hauteur d'état civil » mais un être hybride relevant autant de la réalité que de ses vérités poétiques. Leiris parvient alors à mener une seconde vie « en ce lieu poétique qui n'est ni vie ni mort », surmontant son égocentrisme dans cette identification esthétique du sujet et de l'objet.

  • Titre traduit

    Michel Leiris and the outside world : on aesthetic communication as a remedy for egocentrism


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2001 par ANRT, thèse à la carte à Lille

Michel Leiris et le monde extérieur de la communication esthétique comme dépassement de l'égocentrisme


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 404 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 134 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4820

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5009
  • Bibliothèque : Ecole normale supérieure. Bibliothèque d'Ulm - Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2001 par ANRT, thèse à la carte à Lille

Informations

  • Sous le titre : Michel Leiris et le monde extérieur de la communication esthétique comme dépassement de l'égocentrisme
  • ISBN : 2-284-03583-3
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.