Guerre, identites et metissages aux frontieres de l'empire espagnol : le cas tepehuan en nouvelle biscaye, au debut du xviie siecle.

par CHRISTOPHE GIUDICELLI

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Bernard Lavallé.

Soutenue en 2000

à Paris 3 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail revient sur un episode marquant de l'histoire de la nouvelle biscaye au debut du xviie siecle, generalement connu comme la "revolte des indiens tepehuan". Il procede a une reconstruction totale de cette guerre, a partir des sources premieres, en amont des premieres chroniques coloniales. Il entend rompre avec la categorie sterilisante de "revolte indienne" qui, en conservant la perspective des sources coloniales, empeche d'apprehender les mouvements indiens autrement qu'en fonction des criteres de maintien de l'ordre public. D'autre part, il remet en cause la primaute exclusive accordee a la rupture, dans l'affrontement, par rapport aux continuites qui le fondent. La guerre n'est pas un affrontement entre deux entites hermetiquement separees, "les tepehuan" et "les espagnols". Il s'agit bien d'un mouvement identitaire, mais l'identite revendiquee est tout sauf une << culture >> primordiale que l'on voudrait restaurer. L'acculturation - antagonique - informe y compris les propheties millenaristes et les massacres qui les prolongent. Enfin, la composition des alliances qui affrontent les espagnols impose une remise en perspective historique de l'enregistrement des indiens en differentes nations. L'etude du cadre colonial demontre que les noms de nations correspondent avant tout a la place assignee aux indiens par les espagnols ; en parfaite illustration, la guerre renvoie les taxinomies coloniales a leur abstraction fondamentale, en presentant une trame politique et culturelle complexe, irreductible a la nomenclature espagnole. Les alliances devoilent une complete imbrication des identites et une parfaite continuite des groupes allies. Les chaines d'alliances mises en mouvement ne s'arretent pas aux criteres positifs, tels que la langue ou le territoire, utilises par les espagnols pour leurs classifications, puis critallises ensuite en termes d'ethnies dans le discours anthropologique et historique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 628 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 406 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.