Dramaturgie de Villiers de L'Isle-Adam ou la théâtralité paradoxale

par Geneviève Jolly

Thèse de doctorat en Théâtre

Sous la direction de Jean-Pierre Sarrazac.

Soutenue en 2000

à Paris 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Une premiere coherence est envisagee entre le theatre de villiers et l'evolution du drame moderne. Cela concerne la remise en cause d'une theorie de la representation fondee sur le realisme et l'illusion. Le personnage n'est plus une entite psychologique coherente ; l'intrigue est in♭ vraisemblable et repetitive ; le dialogue peut refuser l'echange entre les personnages. Le refus de l'illusion tient au commentaire de l'action par les personnages, a la theatralisation des evenements, et a la reference subversive au melodrame et au theatre realiste. Le drame s'ouvre aux autres genres litteraires. La romanisation est liee aux recits ou aux songes contribuant a la subjectivite et au monologisme du dialogue, et aux didascalies descriptives ou narratives. La contamination avec le domaine poetique tient a l'ecriture et au lyrisme du drame et de la representation. Est encore installee au coeur du texte dramatique une figure centrale, multiforme et instable, situee dans le texte didascalique. La seconde partie presente la modernite d'une ecriture privilegiant le rythme de la parole. Ce theatre multiplie les formes de prises de parole. Le dialogue travaille dans le dit et le non-dit, les actes de langage (meme dans la ponctuation ou la typographie), et la polyphonie. Les didascalies injonctives, subjectives, et autant polyphoniques que les voix du dialogue, revelent un sujet de l'ecriture traversant tout le texte, envisage theoriquement puis pratiquement, dans ses manifestations semantiques et infrasemantiques. Le texte << respire >> et impose un rythme qui fait la theatralite du drame. Il s'agit d'un tempo induisant le mouvement de la fiction (temporalite et decoupage narratif), et la circulation de la parole, et comprenant des << pauses >> et des << silences >>. Il s'agit ensuite du rythme du langage, reperable dans la mise en pages du texte, ainsi que dans les phenomenes d'accentuation syntaxique ou prosodique du texte ecrit.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 472 p
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.