Une ile britannique. L'insulaire et la "britannicite" de l'ile de vancouver entre 1778 et 1871

par Bernard Pontier

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Michel Lacroix.

Soutenue en 2000

à Paris 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Entre 1778 et 1871, l'ile de vancouver a ete "decouverte" puis colonisee par des britanniques. La premiere periode de la presence britannique sur l'ile de vancouver, entre 1778 et 1794, est bornee par les voyages de james cook et george vancouver. Cook est le premier europeen qui debarque a nootka. Il inaugure une premiere phase de presence britannique marquee par le commerce des peaux de loutresde mer fournies par les autochtones aux marchands britanniques. La victoire diplomatique de londres dans la controverse de nootka (1790) est concretisee par le voyage de vancouver qui donne son nom a l'ile, confirmant la domination britannique sur la cote nord-americaine de l'ocean pacifique. La seconde periode est dominee par la compagnie de la baie d'hudson. A partir de 1843, fort victoria, construit au sud de l'ile de vancouver, devient le centre autour duquel rayonne la puissance britannique. Entre 1849 et 1871, les colons de l'ile de vancouver edifient une communaute qui reproduit les valeurs et modes de vie de la mere patrie. En 1858, de l'or est decouvert sur le continent. Grace a l'action du gouverneur james douglas et a la presence de la royal navy, l'ile et la nouvelle colonie de colombie-britannique demeurent britanniques. L'insularite et la "britannicite" de la colonie de l'ile de vancouver se manifestent dans tous les aspects la vie des hommes : politique, economie, religion(s), education, justice, relations avec les premiers habitants. L'integration a l'ensemble canadien, en 1871, a, en fait, permis aux habitants de l'ile de vancouver de preserver l'heritage britannique tout en considerant le canada comme leur nouvelle patrie.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Centre d'études canadiennes de l'Université de Paris III-Sorbonne nouvelle à [Paris]

Une île britannique : l'insularité et la "britannicité" de l'île de Vancouver entre 1778 et 1871


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 640 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 542 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 3237
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 4434
  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MMc 282
  • Bibliothèque : Ecole normale supérieure. Bibliothèque d'Ulm - Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Centre d'études canadiennes de l'Université de Paris III-Sorbonne nouvelle à [Paris]

Informations

  • Sous le titre : Une île britannique : l'insularité et la "britannicité" de l'île de Vancouver entre 1778 et 1871
  • Dans la collection : Collection des thèses du Centre d'études canadiennes de l'Université de Paris III-Sorbonne nouvelle , 6
  • Détails : 1 vol. (526 p.)
  • Notes : Publication à l'initiative du CEC, Centre d'études canadiennes de l'Université de Paris III-Sorbonne nouvelle.
  • ISBN : 2-910578-05-4
  • Annexes : Bibliogr. p. 490-512. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.