Échanges ARTISTIQUES ENTRE LA FRANCE ET L'URSS (1945-1985) : les arts plastiques

par Carole Robert

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Gérard Monnier.

Soutenue en 2000

à Paris 1 .


  • Résumé

    Notre projet consiste a etudier les echanges artistiques, en nous limitant aux arts plastiques, entre la france et l'urss de 1945 a 1985. Dans une premiere partie, nous decrivons les cadres officiels prealables a la realisation des echanges : il s'agit des relations entre les institutions etatiques, notamment les ministeres des affaires etrangeres, qui mettent en place les accords officiels d'echanges, les ministeres de la culture et les musees nationaux. Notre problematique vise a evaluer la place et les fonctions attribuees a l'art au sein des echanges diplomatiques, a mesurer la portee des objectifs politiques et l'importance des enjeux artistiques des differents organisateurs, qui entrent eventuellement en conflit. La collaboration entre les instances francaises et sovietiques, administratives ou specialisees, suit une evolution autonome qu'il convient d'analyser egalement. Notre seconde partie est relative aux actions mises en place en dehors des cadres officiels. Les initiatives des associations ou personnalites francaises bien disposees envers l'urss - le pcf, l'association france-urss, certains artistes - sont a l'origine de nombreuses manifestations culturelles (expositions, dons d'oeuvres d'art, voyages d'artistes). Ils agissent conjointement avec leurs principaux partenaires sovietiques, la societe urss-france, l'union des artistes d'urss. D'autre part, l'art des sovietique non conformiste est diffuse en france par l'intermediaire de directeurs de galeries occidentaux, de collectionneurs russes ou francais, qui parviennent, souvent clandestinement, a sortir les oeuvres d'union sovietique. Dans les annees 1970, de plus en plus nombreux, les artistes russes en exil en france tentent de tisser un reseau destine a ameliorer l'accueil de leurs confreres dissidents, mais leurs actions artistiques ne rencontrent qu'un soutien mitige aupres des autorites ou de la presse francaises. Le cote tragique et l'engagement politique de leur situation de dissident en ursssuscitent plus la sympathie de l'opinion francaise que leur art lui-meme. Enfin, dans une troisieme partie, nous nous interessons a la diffusion et a la reception de l'art francais en urss et de l'art russe et sovietique en france, a travers l'analyse des expositions presentees dans les deux pays, et a travers l'examen de la presse et des publications. Nous focalisons d'abord notre attention sur l


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. ([1000] f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 511 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 026

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 4445
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2537
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.