Amiens et la ligue (vers 1550-1597) : genèse, modalités et enjeux d'une révolution municipale

par Olivia Mailly-Carpi

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Nicole Lemaître.

Soutenue en 2000

à Paris 1 .


  • Résumé

    Cette thèse consiste en un étude approfondie de la ligue amiénoise, envisagée sous l'angle spécifique de la vie municipale en raison, notamment, de la richesse des archives communales. Notre objectif a été non seulement de reconstituer la manière dont le corps de ville d’Amiens a vécu la ligue au jour le jour, d'analyser les rapports qu'il a entretenus avec ses partisans locaux et ses chefs. Mais il a consisté aussi à dégager les raisons qui ont poussé une ville ayant fait de sa fidélité au roi la clef de voute de son système politique à se retourner contre lui. En cela réside l'aspect révolutionnaire de la ligue amiénoise qui, dans ses modalités et ses aspirations est restée, en revanche, très conservatrice. Car, à Amiens, la ligue fut proprement municipale, voulue et conduite par l'échevinage qui a réussi, non sans mal, à préserver son autonomie face aux représentants de l'union. Nullement synonyme de subversion de l'ordre social et politique, cette ligue, contrairement à certains préjugés tenaces, n'a pas non plus été synonyme de violence et de fanatisme religieux. En fait, la ligue amiénoise a surtout pris la forme d'une guerre acharnée contre les forces royalistes, ce qui correspond à un renversement total des valeurs de la ville qui, à cette occasion, n'a pas hésité à remettre en cause la souveraineté monarchique, dans le domaine financier en particulier. Si la ville en est venue à de telles extrémités, c'est au nom de la défense de la religion catholique et de la sauvegarde des libertés très étendues qu'elle possédait en raison de l'ancienneté de sa commune mais aussi de son statut de frontière qui faisait d'elle « la clef du royaume ». En effet, au-delà du véritable traumatisme occasionné par l'assassinat des guise et des menées du parti de l'union, c'est le refus de toute coexistence confessionnelle avec les reformes, affiche par les dirigeants amiénois depuis 1562 et la volonté de préserver les privilèges de la ville, mis à mal par la politique fiscale du roi et les empiètements de ses officiers qui ont conduit la ville a rompre avec le loyalisme qu'elle avait toujours affiché envers la couronne. Or, en dépit de tous ses efforts, la ville n'a pas vraiment obtenu satisfaction étant donné que la catastrophe du 11 mars 1597, fruit indirect de la ligue, a ruiné le fragile compromis établi entre elle et le roi à l'été 1594.

  • Titre traduit

    Amiens and the catholic league : the genesis, strategies and consequences of a municipal revolution


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (737 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 309 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 4109

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 3094
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.