Contributions à l'étude du cycle des palinuridae et des scyllaridae (crustacés décapodes) du lagon sud-ouest de Nouvelle-Calédonie

par Emmanuel Coutures

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Claude Chauvet.

Soutenue en 2000

à Nouvelle Calédonie .


  • Résumé

    De nombreuses langoustes et cigales de mer (palinuridea) sont présentes dans le complexe récifo-lagonaire de Nouvelle-Calédonie. Certaines espèces du genre scyllarus, qui n'ont jamais été signalées à ce jour, effectuent la totalité de leur développement larvaire dans le lagon. Cette stratégie est possible en raison d'un développement court et d'une adaptation à l'hydrodynamisme du lagon. En revanche, les espèces à longue vie larvaire (genres panulirus, parribacus, scyllarides et certaines espèces de scyllarus) effectuent leur développement dans l'océan. Afin de limiter ou d'éviter un passage dans le lagon, les phyllosomes remontent à la surface à l'éclosion ce qui les positionne dans une couche d'eau qui, grâce aux alizes, dérive rapidement vers les passes puis vers le large. Les langoustes porcelaines (panulirus ornatus) dont les adultes vivent en zone frangeante, effectueraient une migration génésique vers les passes afin que les phyllosomes soient directement libérés en zone océanique. Pour retourner dans le lagon, les puerulus de panulirus ornatus et p. Longipes femoristriga ainsi que les nistos de scyllarides squammosus traversent le récif barrière dans le déferlement puis rejoignent les sites de recrutement lagonaires. Ces sites ont été caractérises pour l'ensemble des espèces communes.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par Université de la Nouvelle-Calédonie à Nouméa

Contributions à l'étude du cycle des palinuridae et des scyllaridae (crustacés décapodes) du lagon sud-ouest de Nouvelle-Calédonie


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (212 p.)
  • Annexes : 313 ref.

Où se trouve cette thèse ?