Synthese de metallothioneines chez deux bivalves (l'huitre et la moule) en reponse a une contamination metallique par voie directe et par voie trophique

par Florence Geret

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Richard P. Cosson.

Soutenue en 2000

à Nantes .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Des huitres et des moules ont ete exposees a l'argent, au cadmium, au cuivre, au mercure et au zinc par voie directe pendant 4 et 21 jours et par voie trophique pendant 15 jours. La contamination par voie directe de mytilus edulis et c. Rassostrea gigas entraine une forte bioaccumulation du cadmium et du mercure dans les trois organes etudies (branchies, glande digestive, manteau) des les 4 premiers jours de contamination. Le cuivre et le zinc ne sont pas bioaccumules ce qui tendrait a prouver l'existence de mecanismes de regulation. Apres 21 jours d'exposition, tous les metaux sont bioaccumules. La penetration des metaux toxiques dans les bivalves provoque de fortes perturbations physiologiques qui selon l'espece se manifestent dans des organes differents mais se traduisent toujours par une chute des teneurs en proteines totales et des modifications de la repartition subcellulaire des metaux essentiels. La contamination par voie trophique se traduit par la bioaccumulation du cadmium et du mercure dans la glande digestive des deux especes etudiees et du cuivre dans celle des moules. L'apport de metaux par la voie alimentaire ne perturbe pas ou tres peu l'activite metabolique des mollusques. La contamination par voie directe entraine l'induction de la synthese de metallothioneines au niveau des branchies quel que soit le metal contaminant alors que la contamination par voie trophique l'entraine uniquement au niveau de la glande digestive en presence de cadmium pour les deux bivalves etudies. Seul le cadmium (meilleur metal inducteur) induit la synthese de metallothioneines dans les trois organes des deux bivalves. Les etudes chromatographiques realisees sur les huitres contamines par l'eau ne mettent pas en evidence de difference entre les isoformes induites par les differents metaux, alors que des differences entre les organes et selon le metal contaminant existent chez la moule.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 250 p.
  • Annexes : 150 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 00 NANT 2005
  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 00 NANT 2005
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.