L'évêque-duc et pair de France : titre honorifique ou puissance effective ? : l'exemple de Langres

par Stéphane Douillot

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Georges Viard.

Soutenue en 2000

à Nancy 2 .


  • Résumé

    Langres, ville de l'est du pays a longtemps été le siège d'un duché comprenant cent quatre-vingt trois seigneuries en treize châtellenies disposées entre la ville de Tonnerre et les Vosges, entre les villes de Chaumont et de Dijon. Cet ensemble permit aux évêques-ducs de disposer d'une puissante reconnaissance régionale et de rentrées financières conséquentes. Ces dernières oscillèrent en effet entre quarante mille et cent trente cinq mille livres entre 1655 et 1791. Pour conforter leur train de vie les rois leur ajoutèrent souvent des revenus d'abbayes commanditaires. Les prélats appartinrent donc à l'élite fortunée et influente de la noblesse et durent donc se doter d'un gouvernement pour gérer leurs affaires. Mais les prélats de Langres furent également pairs de France. Ce dernier titre fut un privilège rare puisque seulement six prélats français en disposèrent (Reims, Laon, Langres, Châlons, Beauvais et Noyon). Il permit aux évêques-ducs de pouvoir recourir directement au parlement pour toutes leurs affaires ou de pouvoir intervenir auprès du roi et du gouvernement. Si le privilège le plus symbolique qui en découla fut leur participation aux couronnements royaux, ils purent obtenir des concessions beaucoup plus tangibles comme la cession de l'office de lieutenant général de police que Louis XIV créa dans toutes les villes en 1699. Leur puissance se manifesta également par des interventions discrètes, mais bien réelles, dans les affaires politiques des XVIIe et XVIIIe siècles, pour culminer par la nomination comme président de l'assemblée constituante du dernier évêque Mgr. De La Luzerne. Cela n'eut toutefois rien d'inhabituel, car les prélats désignés pour occuper les pairies ecclésiastiques étaient pratiquement cooptés parmi les milieux de cour les plus influents.

  • Titre traduit

    ˜The œbishop-duke and peer of France : an honorary title or actual power ? : the example of Langres : 1655-1791


  • Résumé

    Langres, a town in Eastern France has long been the seat of a dukedom comprising one hundred and eighty-three seignories grouped into thirteen fiefs extending between the town of Tonnerre and Vosges mountains, between the towns of Chaumont and Dijon. This grouping enabled the bishop-dukes to enjoy strong regional recognition combined with a high income, ranging indeed from forty thousand and one hundred and thirty-five thousand livres between 1655 and 1791. Kings oftentimes added the income provided by the benefices of abbeys so that the prelates might enjoy a higher lifestyle. They were thus part of a wealthy and wellheeled elite and therefore had to give themselves a government to manage their affairs. Furthermore, the prelates were entitled to it (Reims, Laon, Langres, Châlons, Beauvais and Noyon). This title made it possible for the bishop-dukes to turn to the parliament for their affairs and to be able to deal directly with the king or parliament. Enven though the most symbolic privilege which ensued was their participation in royal coronations, they were granted far more tangible concessions such as the bestowal of the office of Lieutenant général de police created in every French town by Louis XIV in 1699. Their power also manifested itself by discreet but actual interventions in the political affaires of the XVIIth and XVIIIth centuries, culminating with the appointment of the last bishop Monsignor de La Luzerne as President of the assemblée constituante. However, this was in no way unusual as the prelates who were chosen to hold ecclesiastical peerages were in most cases among the most influential ones in Court circles.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par diff. Presses universitaires du septentrion à Villeneuve-d'Ascq

L'évêque-duc et pair de France : titre honorifique ou puissance effective ? : l'exemple de Langres, 1655-1791


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (541 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 1-30. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : LN 000/18
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par diff. Presses universitaires du septentrion à Villeneuve-d'Ascq

Informations

  • Sous le titre : L'évêque-duc et pair de France : titre honorifique ou puissance effective ? : l'exemple de Langres, 1655-1791
  • Détails : 1 vol. (541 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 3-30. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.