La Jordanie et la question paléstinienne : de l'option transjordanienne au processus de paix au Moyen-Orient

par Omar Emar

Thèse de doctorat en Droit public

Sous la direction de Jean-Denis Mouton.

Soutenue en 2000

à Nancy 2 .


  • Résumé

    Le refus arabe de la résolution 181 de l'assemblée générale en 1947 relative au plan de partage (un état arabe et un état juif) et la guerre israélo-arabe de 1948 ont permis à la Transjordanie d'annexer la Cisjordanie et de créer ainsi le royaume hachémite de Jordanie, composé de palestiniens et de transjordaniens. Ce royaume n'a jamais renoncé à ses revendications territoriales sur la Cisjordanie malgré l'occupation israélienne de celle-ci en 1967, ce qui reflète bien un engagement jordanien de nature juridico-politique dans la question palestinienne. Cet engagement est relatif, et ce pour deux raisons majeures : premièrement, la reconnaissance de l'O. L. P. Par les états arabes comme seul représentant légitime du peuple palestinien ; deuxièmement, le soulèvement palestinien en 1987 en tant que révélateur du refus de la souveraineté jordanienne et de la thèse israélienne selon laquelle « la Jordanie était la Palestine ». Les années 1993-1994 ont marqué clairement une déchirure au niveau des relations jordano-palestiniennes. Un relatif désengagement de la Jordanie vis-à-vis du sort palestinien s'est révélé du fait de la reconnaissance mutuelle entre Israël et l'O. L. P. Lors de la déclaration de principes en 1993 et de la conclusion du traité de paix entre la Jordanie et Israël en 1994. La déclaration de principes constitue une étape très importante dans la reconnaissance des droits légitimes et politiques du peuple palestinien et le début de la mise en œuvre de la résolution 242 du conseil de sécurité. Cependant, cette déclaration ne constitue qu'un processus transitoire par lequel devraient être réunies les conditions nécessaires au règlement final du problème palestinien sous tous ses aspects. Quant au traité de paix jordano-israélien, il a activé certains points touchant à l'affaire palestinienne : la question de Jérusalem, les réfugiés palestiniens et l'eau. Ceux-ci représentent les principaux points des négociations israélo-palestiniennes portant sur le statut définitif des territoires occupés. En conséquence, ils ont réanimé de nouveau l'engagement jordanien dans le problème palestinien et rouvert la voie vers la possibilité d'une confédération jordano-palestinienne.

  • Titre traduit

    The Jordan and Palestinian question : from the trans-Jordanian option until the peace process in the middle east


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (535 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 254 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Droit et sciences économiques.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.