Etude comparative de levures pathogènes du genre Candida. Apport d'une approche multidisciplinaire dans la compréhension de la biologie de ces espèces

par Sophie Gabriel

Thèse de doctorat en Biologie des populations et écologie

Sous la direction de Michel Tibayrenc.

Soutenue en 2000

à Montpellier 2 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les levures du genre candida sont des pathogenes opportunistes responsables d'infections superficielles et systemiques plus particulierement rencontres chez les patients immunodeprimes. Parmi ces especes, c. Albicans est la plus frequemment isolee et egalement la mieux etudiees. Recemment, la structure des populations de c. Albicans et son epidemiologie ont fait l'objet de nombreux travaux. En contrepartie, les autres especes de candida n'ont que rarement ete etudiees. Pour ces raisons, nous avons realise une etude comparative de differentes especes responsables de candidoses : saccharomyces cerevisiae, c. Albicans, c. Tropicalis et c. Dubliniensis. La structure genetique de ces especes a ete analysee par l'utilisation de marqueurs moleculaires independants et d'approches de genetique des populations. Chez s. Cerevisiae, une lignee clonale a ete mise en evidence au sein d'une population ou les echanges genetiques sont toujours presents. C. Albicans et c. Dubliniensis quant a elles, presentent des structures majoritairement clonales. En contrepartie, c. Tropicalis presente une structure intermediaire ; bien que possedant une structure majoritairement clonale, les echanges genetiques semblent avoir joue un role privilegie dans l'evolution de cette espece. L'etude de s. Cerevisiae nous a permis de valider l'approche de genetique des populations utilisee en comparant nos resultats a la biologie de la reproduction des souches analysees. L'interet et les limites des approches de genetique des populations sont discutes, notamment l'apport de celle-ci dans la connaissance generale de l'epidemiologie de ces especes. Neanmoins, cette approche ne nous a pas permis d'expliquer les differences epidemiologiques rapportees entre c. Albicans et c. Dubliniensis. Une etude comparative entre c. Albicans et c. Dubliniensis, basee sur l'analyse de phenomenes de recombinaisons impliques dans la reorganisation des sequences repetees rps, suggere que chez c. Dubliniensis les taux eleves de recombinaison mitotique pourraient en partie expliquer pourquoi cette espece phylogenetiquement tres proche de c. Albicans est moins frequemment rencontree.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 269, [10] f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 2000.MON-215
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.