Systématique phylogénétique et biogéographie du genre Amphimallon Berthold, 1827 (Coleoptera: Melolonthidae) : hypothèses évolutives

par Olivier Montreuil

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Yves Cambefort.

Soutenue en 2000

à Paris, Muséum national d'histoire naturelle .

Le jury était composé de Eduardo Galante, Loïc Matile, Renaud Paulian.

Les rapporteurs étaient Frank-Thorsten Krell, Jean-Pierre Lumaret.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le travail expose dans ce volume traite différents aspects d'une étude en systématique, appliquée ici à un groupe de coléoptères melolonthides : le genre amphimallon Berthold, 1827. Apres une brève présentation historique du groupe, l'étude de sa phylogénie est abordée suivant les concepts et les méthodes cladistiques. Deux approches sont menées et confrontées. La première, fondée sur des observations morphologiques, concerne la quasi-totalité des espèces traditionnellement rattachées à ce genre. La deuxième, restreinte dans ce travail a quelques espèces, fait appel aux techniques de la biologie moléculaire. L'hypothèse de phylogénie finalement retenue permet dans un premier temps de donner une nouvelle définition du genre amphimallon s. Str. Et d'en proposer une systématique phylogénétique. Différents groupes d'espèces réunis dans trois lignées sont reconnus et définis : groupe ruficorne et groupe seidlitzi dans la lignée ruficorne ; groupe fuscum, groupe naceyroi et groupe peropacum dans la lignée fuscum ; groupe arianae, groupe solstitiale, groupe pini et groupe vernale dans la lignée solstitiale. A cette occasion, une révision taxonomique et nomenclaturale, basée sur l'étude d'une grande partie du matériel typique, est présentée : de nouvelles espèces sont décrites, tandis que de nouvelles synonymies et de nouvelles combinaisons sont proposées. L'hypothèse de phylogénie constitue également un support pour formuler des hypothèses relatives à l'évolution du comportement des insectes, ainsi qu'en biogéographie. Apres étude, une hypothèse, relative à un vol crépusculaire situe au ras du sol, comme comportement plésiomorphe dans ce groupe. La confrontation de l'hypothèse de phylogénie avec l'histoire du bassin méditerranéen sur une période s'étendant depuis 35 Ma (paléogène supérieur) jusqu'à nos jours permet d'expliquer la répartition actuelle des espèces du genre amphimallon et de situer l'origine de ce genre en péninsule ibérique

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (342 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 249-269

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2000 -- 14
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.