La biodiversité végétale des îlots boisés en terre de grande culture : approche ethnoécologique : exemple du Gâtinais occidental

par Marine Linglart

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Patrick Blandin.

Le président du jury était Jacques Moret.

Le jury était composé de Bernadette Lizet, Marianne Cohen, Antoine Da Lage, Patrick Blandin.

Les rapporteurs étaient Françoise Burel, Micheline Hotyat.


  • Résumé

    Les îlots boisés, bois de petite taille (< 50 ha) isolés au milieu d'une matrice agricole, constituent un maillage de bois entre les grands massifs forestiers environnants. Les connaissances scientifiques sur le fonctionnement de ces objets forestiers mal définis, demandent à être développées tant du point de vue de leurs caractéristiques écologiques que de leur appropriation et utilisations par les populations locales. L'objectif de ce travail est d'une part de recenser le nombre d'espèces végétales d'un échantillon représentatif de bois et, d'autre part, d'identifier les facteurs impliqués dans le contrôle des processus d'évolution de la diversité des plantes à l'échelle de chaque îlot. Les hypothèses de départ s'appuient sur des résultats et réflexions de plusieurs champs disciplinaires : la biogéographie insulaire, l'analyse ethnoécologique des paysages et la géographie. La méthode élaborée prend en compte trois ensembles de données : écologique, sociale et spatiale, pour déterminer la trajectoire de la diversité végétale. Les processus qui l'animent peuvent être d'origines et de natures différentes : naturels ou anthropiques. Ils sont décrits par des facteurs, dont l'influence est évaluée pour chacun d'eux, puis globalement. Les résultats des analyses statistiques (AFC et CAH) et descriptives montrent que les deux groupes sont, en fait, étroitement lies et qu'il est plus juste de parler de facteurs ethnoécologiques. La part de l'anthropique apparaît très importante dans la définition de la diversité végétale. Les facteurs les plus influents, la surface de l'îlot et son hétérogénéité structurale, sont directement dépendants des pratiques des hommes et des sociétés locales. La dernière partie de ce travail construit, à l'aide des résultats des analyses ethnoécologiques, une typologie des facteurs et des processus impliqués dans la détermination de la diversité végétale. Ensuite, une réflexion sur les statuts des espèces et sur le patrimoine boisé en terre de grande culture amène à proposer les bases de quelques protocoles possibles pour la conservation des espèces végétales en terre de grande culture.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (583 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 363-386

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2000 -- 08 - 1
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2000 -- 08 - 2
  • Bibliothèque : Musée de l'homme. Bibliothèque spécialisée.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : M 1606 -- 1
  • Bibliothèque : Musée de l'homme. Bibliothèque spécialisée.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 1606 -- 2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.