Délits et délices : poétique du langage amoureux ou esthéthique du cella : un amour de fôte !

par Hélène Boulmant-Pierre

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Marc-Mathieu Münch.

Soutenue en 2000

à Metz .

  • Titre traduit

    Error and pleasure : the mystery of the mistake in the love literature


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    . . . Où il sera question de coquille. . . En cette thèse la "coquille" (perle) deviendra objet de curiosité. Parce qu'elle se détache du plan correct, homologué par les lois de la grammaire justement dite "normative", elle offre la possibilité d'une re-vision d'"écart" établie pour fonder le concept de "style". C'est sur un "plan"(en un relief) littéraire que nous observerons le devenir-devenant-devenu de la coquille, fil conducteur d'une recherche menée à travers un labyrinthe d'écrits poétiques du vingtième siècle : poèmes, oui, mais aussi extraits de prose romanesque et de textes de théâtre, témoignages d'écrivains et de critiques littéraires. Au stade liminaire de ce travail, commence à s'entrevoir une veine signifiante qui conforte mon hypothèse intuitive : c'est bien, c'est très souvent, l'amour créateur d'émoi, perturbateur profond de l'âme, qui se fait semeur de troubles sur le papier de l'écrivain et du poète, tous deux considérés comme les "maîtres" de l'écriture aux antipodes de l'enfant, "apprenti-scripteur". Cette vision hiérarchisante se verra sans doute ré-examinée au cœur d'une recherche qui se propose de tracer des ponts et d'ouvrir quelque(s) frontière(s) en et par l'espace du dit poétique et amoureux. Le soulignement de la conjonction n'est pas sa,s évoquer le pléonasme, tandis que la boucle qui fera se rejoindre le langage enfantin et l'écriture du poète dessinera vraisemblablement un merveilleux paradoxe. Esthétique et éthique, littérature et humanisme resteront points cardinaux. Nous étudierons comparativement la notion de délits, donc des lois y président ("normalité" du texte), et celle des délices en un volet ouvert à l'écoute du langage poétique, langage où la coquille réservait plus d'un mystère menant à l'idée d'une langue "étrangère", parole située au-delà de la (des) langue(s) elle(s)- même(s)

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (367 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 348-356. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèques Metz et Moselle.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.