Classificateurs numéraux en japonais : constructions et catégories

par Sumikazu Nishio

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Michel Le Guern.

Soutenue en 2000

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Cette thèse aborde diverses questions linguistiques et cognitives qui se posent à propos du système des classificateurs numéraux japonais. L'observation approfondie d'un système de classificateurs révèle plusieurs aspects importants sur le fonctionnement du langage. Nous discutons de différentes approches actuellement proposées en linguistique et en psychologie cognitive, et présentons nos propres travaux empiriques et théoriques pour contribuer à une meilleure compréhension des catégories linguistiques appelées "classificateurs". Les classificateurs numéraux sont, tout d'abord, des outils de quantification. Aussi la description adéquate de leur fonctionnement entraîne une réflexion sur le statut logico-sémantique et sur le mécanisme syntaxique des expressions quantitatives. Concernant ces questions, nous faisons un examen critique de diverses théories en logique et en syntaxe (notamment "generative grammar" et "generalized quantifier"), et proposons, comme alternatives, une théorie de référence ainsi qu'une nouvelle analyse syntaxique des quantificateurs japonais dans le cadre de la "construction grammar" de Goldberg. Par ailleurs, les classificateurs répartissent les objets du monde en nombreuses catégories spécifiquement langagières. Cet aspect classificatoire est examiné sous trois axes : évolution, acquisition et catégorisation. Le thème de l'évolution est abordé à la lumière des universaux typologiques ainsi que des données historiques sur les classificateurs japonais. Ensuite, l'étude historique est mise en parallèle avec celle sur l'acquisition des classificateurs chez les enfants. Nous interprétons ces données selon la théorie cognitive sur les spécificités ontologiques. Enfin, les classificateurs représentent un intérêt tout particulier pour étudier le processus cognitif de catégorisation d'objets en classes linguistiques. Utilisant des tests d'amorçage, nous analysons des comportements différentiels dans deux t"ches : catégorisations par un terme superordonné et par un classificateur numéral. Le résultat de ces études expérimentales nous donne des éléments de réflexion nouveaux sur la nature spécifique des catégories proprement langagières par rapport aux catégories qui sont conceptuellement plus naturelles, telles que les classes superordonnées en lexique


  • Résumé

    In this dissertation a range of questions concerning the system of numeral classifiers in Japanese are considered. Input from both linguistics and cognitive psychology are taken into account. Careful study of the classifier system reveals many important aspects of both language and cognition. We propose the re-examination of major approaches proposed by linguists and cognitive psychologists for the study of classifiers, and present our theoretical concerns based on our empirical data. First of all, the numeral classifier is a linguistic tool used for quantification. Therefore, accurate description of this tool requires consideration of the logico-semantic value and the syntactic behavior of each of the linguistic units appearing in quantitative expressions. Our first concern is to evaluate different theories of logic and syntax (especially generative grammar" and "generalized quantifiers") applied to the study of quantitative expressions in Japanese, and to propose an alternative : an adequate theory of reference and a new syntactic analysis of quantification following the framework suggested by the "construction grammar" of Goldberg. Secondly, a numeral classifier system divides the entities of the world into a number of distinct categories. This classificational aspect of classifiers is examined under three perspectives : historical evolution, acquisition, and categorization. Our work on the evolutionary aspects of classifier systems is based on the historical data about Japanese classifiers and guided by the universals described by typologists interested in classifier languages. This historical study is confronted with recent findings on the acquisition of classifiers by children, and re-examined in the light of the domain specific hypothesis in cognitive psychology. Finally, using a priming paradigm, we show that classifiers represent a domain of particular interest for linguists and psychologists interested in the cognitive process of categorization. Specifically, the comparison of the experimental data obtained in two categorization tasks (categorization of object into a superordinate category and a classifier category) shed light on the nature of linguistically specific categories towards more conceptually natural ones such as lexicalized superordinates.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 233 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 219-233

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : ADO00104
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MMc 235
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.